Elections anticipées au Danemark : les dates, les partis, les enjeux...

Access to the comments Discussion
Par David Mac Dougall  & Margaux Racanière
Les élections danoises se tiendront le 1er novembre 2022.
Les élections danoises se tiendront le 1er novembre 2022.   -  Tous droits réservés  Etienne Barthomeuf / Euronews

Le mardi 1er novembre prochain, les Danois vont se rendre aux urnes à l'occasion d'élections législatives anticipées, organisées sept mois plus tôt que prévu. Euronews vous propose de faire le tour des partis, des personnalités et des enjeux de cette élection.

Pourquoi organise-t-on ces élections anticipées ?

La Première ministre Mette Frederiksen est à la tête d'un gouvernement social-démocrate minoritaire depuis juin 2019, mais ces derniers mois, sa popularité s'est effondrée. La cause ? Elle a donné l'ordre, pendant la pandémie de Covid-19, d'abattre toute la population de visons d'élevage du Danemark.

Une commission nommée par le Parlement a durement critiqué la décision du gouvernement Frederiksen d'exterminer ces animaux à fourrure pour protéger la population d'une mutation possible du virus.

Depuis, un des alliés du gouvernement, le parti social libéral danois (Radikale Venstre), a brandi la menace d'un vote de défiance si Mette Frederiksen n'organisait pas d'élections anticipées.

Mads Claus Rasmussen/Ritzau Scanpix
Les visons d'élevage sont à l'origine de la crise politique au Danemark.Mads Claus Rasmussen/Ritzau Scanpix

Les élections au Danemark, comment ça fonctionne ?

L'intégralité du Parlement danois, soit 179 sièges, sont à pourvoir le 1er novembre. Les députés du "Folketing" (Assemblée du peuple) sont élus pour quatre ans. Le Danemark "métropolitain" a 175 sièges, deux sièges sont attribués au Groenland et deux autres aux îles Féroé (situées entre l'Islande et la Norvège, dans l'océan Atlantique Nord). 

Mais tout le monde ne votera pas le 1er novembre. Les Féroïens déposeront un bulletin dans l'urne le 31 octobre, car pour eux, le 1er novembre est un jour de deuil, dédié la mémoire des personnes mortes en mer. Il est également possible de voter par anticipation jusqu'à trois semaines avant le scrutin général dans les mairies du pays.

Le système de vote danois est particulier : 135 sièges sont pourvus directement à la représentation proportionnelle dans 10 circonscriptions. 40 sièges servent de complément là où c'est nécessaire pour s'assurer de la proportionnalité. 

Par exemple, si une circonscription avait 8 sièges à pourvoir, mais que trois partis différents avaient obtenu chacun un tiers des votes, il faudrait rajouter un siège. Avec 9 sièges à pourvoir, plus personne n'est lésé : chaque parti peut avoir trois sièges.

Un parti a besoin d'obtenir un minimum de 2% des voix au niveau national pour pouvoir siéger au parlement. Le système allemand fonctionne de façon similaire. Le seuil y est fixé à 5%. C'est une manière d'éviter la présence de partis extrêmes au parlement.

Le dessin animé diffusé avant les élections de 2015

Contrairement à un pays comme la France (où 40% des jeunes se sont abstenus au premier tour de l'élection présidentielle 2022), le Danemark n'a pas de problème de participation électorale. Il ne serait pas surprenant que le taux de participation dépasse les 80%. Les Danois font cependant un effort particulier pour inciter les nouveaux électeurs (jeunes et nouveaux citoyens) à participer au processus démocratique. À chaque élection, le parlement envoie une version physique de la Constitution danoise et une brochure avec un dessin ou une caricature à tous les nouveaux votants.

Quels sont sont les principaux partis ?

Les partis danois se répartissent généralement entre un bloc de gauche et un bloc de droite, mais il y a actuellement 17 partis différents au Parlement, et une demi-douzaine de députés qui ne sont pas inclus dans une structure de parti. Le plus grand parti dispose de 48 sièges, tandis que les quatre plus petits partis ont chacun un siège. 

De nombreux partis de gauche et de droite peuvent sembler - du moins pour les non Danois - assez proches en termes d'idéologie politique. Par exemple, il existe deux partis "verts" différents : L'Alternative et les Verts indépendants.

Les quatre partis les plus anciens sont le Parti populaire conservateur, les sociaux-démocrates, le Parti social libéral et Venstre, le parti libéral.

Il est peu probable qu'un parti obtienne une majorité. Ceux en tête devront probablement construire une coalition. Mais ce n'est pas une obligation. Les sociaux-démocrates, dirigés par Mette Frederiksen gouvernaient jusqu'à présent seuls, sans avoir de majorité.

"La politique danoise en général est une affaire très consensuelle", décrit Rune Stubager, politologue de l'Université d'Aarhus au Danemark. "Nous avons une culture de la négociation et des grands accords. C'est quelque chose qui est déjà présent et que les gens apprécient. Ils pensent que la raison devrait prévaloir et que les parties se réuniront et feront ce qui est le mieux pour nos sociétés", a-t-il déclaré à Euronews.

Quels sont les thèmes principaux de l'élection danoise ?

Un sujet écrase tous les autres, comme lors de l'élection présidentielle française : l'immigration.

Les principaux partis de gauche et de droite soutiennent un plan visant à externaliser la procédure d'asile danoise au Rwanda, une politique qui a suscité un tollé de la part des groupes de défense des droits de humains et de la société civile. 

Un sondage organisé par la chaîne de télévision danoise TV2 révèle que la question migratoire figure dans le top 5 des sujets importants pour élection présidentielle. Quatre autres thématiques complètent la liste : le système de santé, l'économie, les questions environnementales ainsi que les problématiques de sécurité et de défense du pays.

"Quelque chose s'est produit dans la politique danoise : l'immigration n'est plus aussi présente dans l'esprit des électeurs qu'auparavant, analyse Ditte Brasso Sørensen, membre du Think Tank Europa à Copenhague, le climat a pris sa place", a-t-elle expliqué à Euronews.

Ditte Sørensen explique cependant que pour une part significative de l'électoral, l'immigration reste un sujet central. Ce sont ces électeurs que Mette Frederiksen et les leaders des autres grands partis cherchent à courtiser pour obtenir des voix. 

Un sujet est complètement absent des débats : la question de l'Europe. "On ne parle absolument pas d'Europe dans la campagne électorale, en dehors de la guerre en Ukraine", déplore Marlene Wind, professeur de politique et de droit européen à l'Université de Copenhague. "La seule raison pour laquelle les politiciens parlent parfois de l'Europe, c'est pour dénigrer l'UE. C'est à peu près tout. Mais c'est aussi une question médiatique. Les journalistes danois ne s'intéressent absolument pas à l'Europe", analyse-t-elle.

Quand aura-t-on les premiers résultats ?

Des premières estimations devraient tomber après la fermeture des bureaux de vote le 1er novembre au soir. Les résultats finaux ne seront, toutefois, connus qu'un jour ou deux après les élections.

Cependant, le nom du futur Premier ministre ne sera pas connu immédiatement. Les partis doivent s'arranger entre eux pour former des coalitions avant de désigner un chef de file. Un processus qui, si l'on se fie aux exemples du reste de l'Europe, peut prendre des jours comme des mois.