Russie : un nouveau brise-glace pour ouvrir la route de l'Arctique

La Yakutia, l'un des deux brise-glace mis à l'eau à Saint-Petersbourg (Russie), le 22 novembre 2022.
La Yakutia, l'un des deux brise-glace mis à l'eau à Saint-Petersbourg (Russie), le 22 novembre 2022. Tous droits réservés Mikhail Metzel/Pool Photo via AP
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La Russie a inauguré un nouveau brise-glace à propulsion nucléaire qui doit faciliter ses exportations d'hydrocarbures vers l'Asie via l'Arctique, au moment où Moscou réoriente sa stratégie énergétique du fait des sanctions occidentales.

PUBLICITÉ

La Russie a inauguré mardi un nouveau brise-glace à propulsion nucléaire qui doit faciliter ses exportations d'hydrocarbures vers l'Asie via l'Arctique, au moment où Moscou réoriente sa stratégie énergétique du fait des sanctions occidentales contre son offensive en Ukraine.

"Le développement des (routes maritimes du Nord) permettra à la Russie de réaliser pleinement son potentiel d'exportation et d'établir une route logistique efficace, y compris vers l'Asie du Sud-Est", a affirmé le président russe Vladimir Poutine dans un discours retransmis par visioconférence lors de la cérémonie de mise en service à Saint-Pétersbourg (Nord-Ouest).

Ce nouveau navire à propulsion nucléaire, de plus de 170 mètres de long, peut briser la glace jusqu'à trois mètres de profondeur. Il est le troisième exemplaire d'une série lancée par le géant de l'énergie atomique Rosatom. Baptisé "Ural" en hommage à la région russe de l'Oural (centre-ouest), il peut transporter jusqu'à 54 membres d'équipage, selon Rosatom.

Son déploiement doit permettre d'assurer la suprématie russe dans l'Arctique, stratégie assumée par Vladimir Poutine, alors que Moscou est confronté aux ambitions d'autres puissances. Selon M. Poutine, l'"Ural" opèrera "dès décembre" dans l'Arctique, région où la Russie produit du gaz naturel liquéfié (GNL) destiné initialement à l'Europe.

Mais le pays, premier exportateur de gaz au monde et numéro deux pour le pétrole, veut désormais réorienter ses livraisons d'hydrocarbures vers l'Asie, alors que l'Union européenne a décidé d'un embargo progressif sur ses importations de pétrole russe et a largement réduit celles en gaz pour protester contre l'attaque russe en Ukraine. L'une des voies dans les eaux gelées de l'Arctique, la "route maritime du Nord", est désormais plus facilement navigable du fait de la fonte des glaces entraînée par le changement climatique.

Moscou espère qu'elle va permettre d'augmenter le transport d'hydrocarbures vers l'Asie du Sud-Est en reliant les océans Atlantique, Pacifique et Arctique. La Russie, seul constructeur et opérateur de brise-glaces nucléaires au monde, a également mis à l'eau mardi le "Yakutia", de la même série que l'"Ural", mais son entrée en service effective n'est prévue que "fin 2024", selon Vladimir Poutine.

Un gigantesque navire russe à propulsion nucléaire, de plus de 200 mètres de long, doit également voir le jour en 2027.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Plusieurs régions d'Ukraine visées par des frappes russes : des maisons touchées et des civils tués

La République tchèque veut accélérer sa transition énergétique avec le nucléaire

Brésil : Emmanuel Macron en visite dans le pays pour relancer le partenariat