EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Migration : Bruxelles engage les Vingt-Sept à accélérer les relocalisations

Un bateau humanitaire avec des rescapés à bord
Un bateau humanitaire avec des rescapés à bord Tous droits réservés Euronews
Tous droits réservés Euronews
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Envoyer un message d’unité et clore définitivement la question migratoire en Europe. Tel est l’enjeu du conseil extraordinaire des ministres de l’intérieur des Vingt-Sept qui se réunit vendredi 25 novembre.

PUBLICITÉ

Les migrants de nouveau au cœur des préoccupations européennes. Les ministres de l'Intérieur de l'Union européenne ont rendez-vous vendredi 25 novembre pour évoquer la récente augmentation des flux migratoires, et plus particulièrement le pacte de solidarité proposé de longue date par l'UE. En prévision de cette réunion, la Commission européenne a préparé un "plan d'action" de 20 mesures face à une situation jugée critique. "En 2022, les arrivées irrégulières ont augmenté sur toutes les routes", y assure-t-elle notamment.

La récente dispute entre la France et l'Italie autour du navire Ocean Viking, ainsi que l'arrivée de 450 migrants en Crète inquiètent pour les pays du Sud de l'Europe.

Dans une lettre urgente adressée à la Commission, le ministre grec de la migration et de l'asile demande une aide pour la relocalisation de plusieurs centaines de personnes. Une situation qui inquiète également le ministre chypriote de l'Intérieur, Níkos Nourís, qui n'hésite pas à parler d'état d'urgence: _"_Nous constatons que les trafiquants adoptent de nouvelles méthodes et de nouveaux moyens. Maintenant, ils utilisent de grands bateaux privés, des navires commerciaux pour transporter les migrants. Nous considérons cela comme une tactique dangereuse, qui concernerait une grand nombre de personnes. Honnêtement, je ne sais pas comment les pays méditerranéens vont faire face à cette nouvelle menace."

Les pays du Sud de l'Europe demandent que le processus de demande d'asile soit modifié, afin que le demandeur dépose une demande auprès de l'ambassade du pays dans lequel il souhaite vivre. Si sa demande d'asile est approuvée, il pourra se rendre en Europe.

Le groupe MED 5, qui regroupe l'Espagne, l'Italie, Malte, Chypre et la Grèce appelle également à plus de solidarité européenne. En 2022, ces 5 pays ont accueilli près de 160 000 migrants. Les autres États membres n'ont pris en charge que 2 000 d'entre eux.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Grand débat électoral avant les européennes : ce qu'en ont pensé les primo-votants

L'UE organise un forum sur la défense pour rallier l'industrie militaire européenne à l'Ukraine

Le nucléaire au secours du réchauffement climatique ?