Guerre en Ukraine : "Kherson peut devenir le deuxième Marioupol", l'évacuation des civils continue

Access to the comments Discussion
Par euronews  avec AP, AFP
Un résident âgé de Kherson reçoit de l'aide d'une organisation locale, dimanche 27 novembre 2022.
Un résident âgé de Kherson reçoit de l'aide d'une organisation locale, dimanche 27 novembre 2022.   -   Tous droits réservés  AP Photo/Bernat Armangue

Bien que libérés des forces russes, les habitants de Kherson dans le sud de l'Ukraine sont obligés de fuir. Après son retrait, Moscou a adopté une nouvelle stratégie : bombarder massivement les infrastructures civiles, pour rende la vie impossible.

Avec l'arrivée de l'hiver, les personnes vulnérables ne peuvent plus survivre dans ces conditions.

"Kherson peut devenir le second Marioupol. Nous devons évacuer autant de personnes que possible. Ici, il n'y a pas ni électricité ni eau. Les hôpitaux ont besoin d'aide, ils ont surtout besoin de médicaments. Nous devons faire tout ce que nous pouvons pour que les civils trouvent refuge dans un endroit chaud, explique Viktor Mironov, un volontaire ukrainien.

Même si l'électricité a été rétablie ce weekend, Kherson reste la cible de violents bombardements, qui ont notamment causé la mort de nombreux civils.

Kyiv dit s'attendre à de nouvelles attaques russes cette semaine

Les responsables ukrainiens ont dit lundi s'attendre à une nouvelle vague de bombardements russes cette semaine, les précédentes salves ayant visé des infrastructures critiques et provoqué des coupures massives d'eau et d'électricité, notamment dans la capitale Kiev.

"Il est fort probable que le début de la semaine soit marqué par une telle attaque", a déclaré lundi la porte-parole du commandement Sud de l'armée ukrainienne, Natalia Goumeniouk, soulignant qu'un navire russe porteur de missiles était apparu en mer Noire.

"C'est un porte-missiles de surface qui embarque huit missiles de type Kalibr. Cela indique que des préparatifs sont en cours", a-t-elle ajouté à la télévision ukrainienne.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a averti dans un discours vidéo dimanche soir que "la semaine qui commence peut être aussi difficile que la semaine passée", marquée par des bombardements russes qui ont provoqué des pannes de courant massives alors que les températures hivernales s'installent.