Guerre en Ukraine: avant un hiver qui s’annonce rude, l’Ukraine demande davantage d’armes à l'OTAN

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AFP
Jens Stoltenberg à Bucarest, le 29 novembre 2022
Jens Stoltenberg à Bucarest, le 29 novembre 2022   -   Tous droits réservés  Vadim Ghirda/Copyright 2022 The AP. All rights reserved.

Une réunion du G7 élargi, tenue sous présidence allemande en marge de l’OTAN, a plaidé la mobilisation face à la crise énergétique provoquée par la guerre en Ukraine.

Pas d'élargissement de l'OTAN à l'Ukraine, mais une aide substantielle à Kyiv pour passer l'hiver : telles étaient les décisions prises ce mardi soir à Bucarest par les Ministres des Affaires étrangères des pays membres de l'Alliance.

Lors de la conférence de presse, le Secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, a déclaré : "les ministres des Affaires étrangères ont réaffirmé le soutien de l'OTAN au droit de l'Ukraine de choisir sa propre voie et de reconnaître et de respecter les aspirations de l'Ukraine à l'adhésion. Cependant, notre objectif est, pour le moment, de fournir un soutien immédiat à l'Ukraine, qui se défend contre l'agression russe."

Le soutien matériel de l'Alliance atlantique a été essentiel pour permettre à l'Ukraine de stopper l'avancée russe, et reconquérir les territoires perdus. Mais cette aide s'épuise rapidement sur le champ de bataille. Le ministre ukrainien des Affaires étrangères Dmytro Kuleba est donc venu avec une liste de demandes précises : "nous apprécions ce qui a été fait par nos alliés, mais la guerre continue. Nous avons prouvé que nous pouvons vaincre la Russie, que nous pouvons gagner... Mais nous avons besoin d'une défense aérienne_–_IRIS, Hawks, Patriots et nous avons besoin de transformateurs électriques."

L'Alliance atlantique s'est engagée à aider l'Ukraine à survivre à un hiver que "la Russie utilise comme arme de guerre" selon Jens Stoltenberg. L'OTAN s'est aussi engagée à envoyer des générateurs, et à aider à réparer les infrastructures énergétiques détruites par les missiles russes.

Arrivé lundi soir à Bucarest, le secrétaire d’Etat américain, Antony Blinken, a annoncé mardi une aide financière de 53 millions de dollars (51,24 millions d’euros), qui s’ajoute à une autre enveloppe de 55 millions de dollars (53,17 millions d’euros) déjà débloquée pour l’achat de générateurs, afin de venir en aide à l’Ukraine. Cette somme servira à acheter des équipements électriques (des transformateurs, essentiellement), qui seront "rapidement" livrés à l’Ukraine, a-t-on précisé de source américaine. Au total, l’administration Biden a budgété 1,1 milliard de dollars (1 milliard d’euros) pour l’énergie en Ukraine et en Moldavie. 

La France va quant à elle accorder un prêt bilatéral de 100 millions d’euros pour venir en aide à l’Ukraine, a annoncé mardi le ministère de l’économie et des finances français. Cette aide financière s’ajoute à un prêt de 300 millions d’euros octroyé en mars.

"L’assistance financière à l’Ukraine joue un rôle crucial pour soutenir la stabilité économique du pays et la continuité des services publics", a expliqué Bercy dans un communiqué. "Elle contribue aussi au maintien en fonctionnement des infrastructures essentielles, alors que les destructions menées par la Russie à l’approche de l’hiver se sont intensifiées et génèrent de graves conséquences pour la population ukrainienne", y est-il ajouté.