EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Kurdes tués : une marche blanche organisée à Paris

Des manifestants tiennent des portraits des victimes de vendredi et de trois militantes Kurdes tuées en 2013 dans le même quartier.
Des manifestants tiennent des portraits des victimes de vendredi et de trois militantes Kurdes tuées en 2013 dans le même quartier. Tous droits réservés Julien de Rosa/AFP
Tous droits réservés Julien de Rosa/AFP
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Une marche blanche s'est élancée à Paris en hommage aux trois Kurdes tués par balle ce vendredi. Un triple meurtre qui réveille le souvenir de l'assassinat en 2013 de trois militantes kurdes.

PUBLICITÉ

Plusieurs centaines de manifestants se sont élancés depuis la rue d'Enghien en hommage aux trois Kurdes tués ce vendredi dans un centre culturel kurde. L'évènement tragique évoque le souvenir du meurtre, presque 10 ans plus tôt, de trois manifestantes du PKK à Paris.

Une marche blanche consacrée aux trois Kurdes tués par balle à Paris s'est élancée ce lundi à la mi-journée. Aux côtés des victimes de vendredi, les manifestants ont tenu des portraits de trois femmes, tuées en 2013. Elles aussi sont mortes dans le 10ème arrondissement de la capitale.

Les victimes étaient des militantes du Parti des travailleurs du Kurdistan, le PKK, un parti considéré par la Turquie comme une organisation terroriste. Le tueur présumé est mort en 2016 peu de temps avant son procès. Mais une enquête a été rouverte en 2019 pour déterminer l'implication ou non des services secrets turques. Un contexte qui explique l'outrage quand la piste terroriste a été écartée pour le crime de vendredi.

Dans les rues, les manifestants scandaient en kurde "Nos martyrs ne meurent pas" et en français "Femmes, vie, liberté".

Le tueur présumé présenté devant un juge d'instruction

Le tueur présumé, un retraité de 69 ans devait être présenté à un juge d'instruction ce lundi, à l'issue de sa garde à vue. Une information judiciaire a été ouverte pour assassinat et tentative d'assassinat en raison de la race, l'ethnie, la nation ou la religion, ainsi que pour acquisition et détention non autorisées d'arme.

Une détention provisoire du suspect a été requise par le parquet de Paris

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Promesse tenue : la maire de Paris s'est baignée dans la Seine ce mercredi matin

Le secteur hôtelier parisien fait grise mine à l'approche des Jeux Olympiques

No comment : des étudiants propalestiniens manifestent à la Sorbonne