L'OTAN veut des armes "plus lourdes et plus modernes" pour l'Ukraine

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AFP
Tirs depuis un char russe en Ukraine
Tirs depuis un char russe en Ukraine   -   Tous droits réservés  RUMOD / screenshot

L'Ukraine pourrait voir sa demande satisfaite ! Alors que Kyiv réclame à ses soutiens des chars, les pays alliés occidentaux se réunissent vendredi sur la base militaire de Ramstein, en Allemagne, pour en discuter.

Le secrétaire général de l'OTAN a promis des armes "plus lourdes et plus modernes". "Les armes sont le chemin vers la paix, a expliqué Jens Stoltenberg. Cela peut sembler paradoxal__mais la seule façon de parvenir à un accord négocié est de convaincre le Président Poutine qu'il ne gagnera pas sur le champ de bataille".

Le secrétaire général de l'OTAN veut livrer plus d'armes à l'Ukraine.

Certains pays hésitent à livrer des chars lourds et privilégient les véhicules blindés légers.

Les regards sont tournés vers Olaf Scholz : le chancelier allemand hésite à autoriser la livraison de chars Leopard 2 vers l'Ukraine et n'autorise pas non plus pour l'instant les réexportations, c'est-à-dire la livraison par un pays tiers des véhicules de fabrication allemande, comme souhaiterait le faire la Pologne. 

Selon le Wall Street Journal, qui cite l'administration allemande, Olaf Scholz ne fera rien tant que Washington n'enverra pas ses propres chars, même si Berlin souligne son soutien à l'Ukraine. "Nous continuerons aussi longtemps que nécessaire, a insisté Olaf Scholz lors de son intervention au Forum économique mondial de Davos. Mais "_tout en montrant aux Ukrainiens qu'ils peuvent compter sur nous dans leur courageuse bataille,_nous voulons aussi clairement éviter de transformer cette guerre en conflit entre la Russie et l'OTAN" s'est justifié le chancelier. 

Nous voulons clairement éviter de transformer cette guerre en conflit entre la Russie et l'OTAN
Olaf Scholz
chancelier allemand

De leurs côtés, les Etats-Unis ont fait savoir qu'ils ne fourniront pas leurs chars Abrams à Kyiv, les plus performants dont dispose Washington. Ils expliquent cette décision par des questions de maintenance compliquée et de formation.