Irlande post-Brexit : des négociations difficiles mais en bonne voie

Sir Jeffrey Donaldson, le leader des Unionistes Nord-Irlandais
Sir Jeffrey Donaldson, le leader des Unionistes Nord-Irlandais Tous droits réservés Liam McBurney/AP
Par euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le Premier ministre irlandais s'est dit "confiant" ce vendredi sur le fait qu'un accord puisse intervenir rapidement entre Londres et Bruxelles.

PUBLICITÉ

Vers un dénouement pour l'épineux dossier des dispositions post-Brexit en Irlande du Nord ? Le Premier ministre irlandais s'est dit "confiant" ce vendredi qu'un accord puisse intervenir rapidement entre Londres et Bruxelles, son homologue britannique prévenant quant à lui qu'il reste encore "du travail" pour y parvenir.

Trois ans après le Brexit, le protocole nord-irlandais, qui crée une frontière douanière interne au Royaume-Uni entre la province et l'île du Grande-Bretagne, reste le principal sujet de discorde entre le gouvernement britannique et l'Union européenne.

Il est aussi à l'origine de la décision des unionistes du DUP de paralyser les institutions politiques locales de la province au passé sanglant, qui dispose de la seule frontière terrestre britannique avec l'UE.

Mais les déclaration acerbes ont cédé la place depuis l'arrivée de Rishi Sunak à Downing Street en octobre à un ton plus accommodant de part et d'autre et les négociations ont semblé s'accélérer.

Le Premier ministre irlandais Leo Varadkar s'est dit "confiant sur le fait que d'ici une semaine ou deux nous puissions être en position de signer un accord entre l'Union européenne et le Royaume-Uni".

"Il reste encore du travail", "nous n'avons pas encore un accord", a tempéré le chef du gouvernement britannique, Rishi Sunak, après avoir rencontré les responsables des cinq principaux partis locaux près de Belfast.

"Petit à petit"

Selon certains médias, Rishi Sunak pourrait finaliser un accord lors d'ultimes consultations avec les Européens en marge de la conférence sur la sécurité de Munich pendant le week-end puis annoncer un accord dès mardi, au Parlement à Londres.

"Il semble que même s'il n'était pas en mesure de nous donner les détails, les choses bougent petit à petit en direction d'un potentiel accord", a réagi à l'issue de la rencontre Naomi Long, du parti nord-irlandais Alliance (centre non-aligné).

M. Sunak "a dit qu'il y avait encore du chemin, donc j'en conclus qu'un accord n'a pas encore été finalisé", a tempéré Doug Beattie, du parti unioniste Ulster.

Frontalement opposés au protocole, qui remet selon eux en cause la place de l'Irlande du Nord au sein du Royaume-Uni, les unionistes du Democratic Unionist Party (DUP) bloquent depuis un an la formation de tout exécutif local et s'annoncent réticents à rallier à tout accord.

Soulignant que l'Irlande du Nord se trouvait à "un moment crucial", leur dirigeant Jeffrey Donaldson a reconnu "des progrès dans certains domaines", mais estimait que le travail devait se poursuivre.

"Confiance"

Négocié et signé en même temps que l'accord de sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, le protocole maintient la province britannique dans le marché unique européen tout en prévoyant des contrôles pour les marchandises en provenance de Grande-Bretagne.

Jamais totalement appliqué, le texte vise à la fois à préserver l'accord de paix de 1998 qui a mis fin à trois décennies de conflit sanglant (3.500 morts), en évitant le retour d'une frontière dure, et à protéger l'intégrité du marché unique européen.

Mais face au rejet des unionistes, Londres a demandé à rouvrir les discussions, menaçant au grand dam des Européens de revenir unilatéralement sur ce traité qu'il a signé.

Poussé par le DUP, Londres demande notamment à l'UE d'alléger les contrôles douaniers entre l'Irlande du Nord et le reste du Royaume-Uni, fustigés par les unionistes.

Les Britanniques réclament également que le rôle de la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE), qui supervise l'application du protocole, soit supprimé ou atténué.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La lente agonie post-Brexit de l'industrie de la pêche en Irlande

L'Irlande célèbre ses 50 ans d'adhésion à l'UE : comment le pays a évolué depuis 1973 ?

Irlande du Nord : après deux ans de tumultes, le parlement va reprendre du service