EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Séisme : Washington débloque une aide supplémentaire de 100 millions de dollars pour la Turquie

Le chef de la dipmomatie américaine à droite Antony Blinken et son homologue turc survolant le Hatay, le 19 février 2023
Le chef de la dipmomatie américaine à droite Antony Blinken et son homologue turc survolant le Hatay, le 19 février 2023 Tous droits réservés Clodagh Kilcoyne/AP
Tous droits réservés Clodagh Kilcoyne/AP
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le secrétaire d'État américain est arrivé dimanche en Turquie pour constater l'étendue des dégâts du séisme. Il doit rencontrer le président Erdogan ce lundi.

PUBLICITÉ

Le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken s'est rendu dimanche en Turquie pour constater l'étendue des dégâts du séisme qui a frappé le pays le 6 février, faisant plus de 41 000 morts rien qu'en Turquie selon un bilan qui devrait encore s'alourdir.

Après avoir survolé en hélicoptère avec son homologue turc la province de Hatay dans le sud du pays, fortement touchée par le tremblement de terre, le secrétaire d'Etat des Etats-Unis a annoncé une enveloppe supplémentaire de "100 millions de dollars pour venir en aide à ceux qui en ont désespérément besoin".

Aide humanitaire américaine

"Quand on voit l'étendue des dégâts, le nombre d'immeubles, le nombre d'appartements, le nombre de maisons qui ont été détruites, il va falloir un effort massif pour reconstruire et nous nous engageons à soutenir cet effort", a-t-il déclaré depuis la base américaine d'incirlik.

C'est de cette base, située près de la ville turque d'Adana qu'est acheminée une partie de l'aide humanitaire, notamment américaine, vers les zones sinistrées. Washington a déployé dès le lendemain du séisme, qui a également frappé le nord de la Syrie, plusieurs équipes de recherche et secours en Turquie soit environ 200 personnes, et débloqué une première tranche de 85 millions de dollars en aide humanitaire.

Il a également rencontré, en Turquie, des représentants du groupe de sauveteurs syriens des Casques blancs, qui opère dans les zones tenues par les rebelles en Syrie.

La Turquie a annoncé dimanche arrêter la majorité des recherches.

"Dans bon nombre de provinces les efforts de recherches sont terminés. Ils se poursuivent dans les provinces de Kahramanmaras et Hatay, dans une quarantaine de bâtiments", a déclaré Yunus Sezer, le patron de l'agence gouvernementale de secours (Afad).

Outre les plus de 265 000 secouristes turcs, près de 11 500 secouristes venus de l'étranger se sont joints aux efforts de recherches et secours, selon le ministère des Affaires étrangères.

Rencontre avec le président Erdogan

Il s'agit du premier déplacement du secrétaire d'Etat américain en Turquie depuis sa prise de fonction il y a deux ans. Les deux pays, alliés dans l'Otan, entretiennent des relations parfois tumultueuses.

Antony Blinken doit s'entretenir ce lundi à Ankara avec le président turc Recep Tayyip Erdogan, et évoquer avec lui les différends entre les deux pays.

La Turquie qualifie notamment de "terroriste" les Kurdes syriens des YPG (Unités de protection du peuple), fer de lance de la lutte, appuyée par une coalition internationale menée par Washington, contre les jihadistes de l'Etat islamique.

Parmi les litiges figurent aussi la vente potentielle d'avions de chasse F-16 promis par le président Joe Biden à la Turquie mais qui reste bloquée par l'opposition du Congrès, et le blocage turc de l'adhésion de la Finlande et de la Suède à l'Otan.

Mais les Etats-Unis reconnaissent à leur allié un rôle constructif s'agissant notamment de la guerre en Ukraine.

Après la Turquie, le secrétaire d'Etat américain achèvera sa tournée européenne à Athènes où il aura lundi soir et mardi une série d'entretiens avec les autorités de ce pays, rival historique de la Turquie mais également partenaire dans l'Otan.

Le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis a affirmé jeudi que le séisme "pourrait être une occasion" de redéfinir les relations jusqu'ici orageuses entre Ankara et Athènes, qui a été l'un des tout premiers pays européens à dépêcher des équipes de sauveteurs.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Loukachenko en visite à Pékin, Antony Blinken en Asie centrale

Ankara et Athènes veulent surmonter leurs différends

En Turquie, des élections municipales aux enjeux nationaux