Nigeria : le pays le plus peuplé d'Afrique vote pour son président ce samedi

Une affiche de campagne de Peter Obi dans les rues de l'Etat d'Anambra (Sud), le 24 février 2023.
Une affiche de campagne de Peter Obi dans les rues de l'Etat d'Anambra (Sud), le 24 février 2023. Tous droits réservés Mosa'ab Elshamy/Copyright 2023 The AP. All rights reserved.
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les Nigérians ont commencé à voter samedi pour élire le prochain président du pays le plus peuplé d'Afrique, lors d'un scrutin à l'issue incertaine, sur fonds de grave crise économique et sécuritaire.

PUBLICITÉ

Les Nigérians ont commencé à voter samedi pour élire le prochain président du pays le plus peuplé d'Afrique, lors d'un scrutin à l'issue incertaine, sur fonds de grave crise économique et sécuritaire.

A 80 ans, le président Muhammadu Buhari se retire comme le veut la Constitution après deux mandats marqués par une explosion de l'insécurité et de la pauvreté dans ce pays où 60% de la population a moins de 25 ans.

Pour la première fois depuis le retour à la démocratie en 1999, le Nigeria pourrait connaître une présidentielle à deux tours alors que la popularité d'un ex-gouverneur vient bousculer la prédominance des deux principaux partis.

PIUS UTOMI EKPEI/AFP or licensors
Le président sortant Muhammadu Buhari, le 4 janvier 2023, à Lagos (Nigeria)PIUS UTOMI EKPEI/AFP or licensors

Plus de 87 millions d'électeurs sont appelés dans 176 000 bureaux de vote à choisir un président parmi 18 candidats, ainsi que des députés et sénateurs.

Ce scrutin est un rendez-vous crucial. Le Nigeria - 216 millions d'habitants - devrait devenir en 2050 le troisième pays le plus peuplé au monde. Le futur président héritera d'une myriade de problèmes : des violences criminelles et djihadistes dans le nord et le centre, une agitation séparatiste dans le sud-est, une inflation galopante, un appauvrissement généralisé.

Pour ne rien arranger, de récentes pénuries d'essence et de billets de banque ont provoqué des émeutes.

Parmi les trois favoris, le candidat du parti au pouvoir (APC) Bola Tinubu, 70 ans, est surnommé le "parrain" du fait de son influence politique. Ex-gouverneur de Lagos (1999-2007), ce Yorouba de confession musulmane affirme être le seul à pouvoir redresser le Nigeria.

Il a été accusé de corruption et a nié, tout comme Atiku Abubakar, autre candidat, issu du principal parti d'opposition (le PDP, au pouvoir de 1999 à 2015). A 76 ans, cet ancien vice-président (1999-2007) de confession musulmane briguera pour la sixième fois la présidence. Originaire du nord, il espère y rafler de nombreux votes.

JOHN WESSELS/AFP or licensors
Bola Tinubu à la sortie d'un bureau de vote de Lagos, le 25 février 2023.JOHN WESSELS/AFP or licensors

Le vote ethnique et religieux est important au Nigeria qui compte plus de 250 groupes ethniques, polarisé entre un nord majoritairement musulman et un sud à dominante chrétienne.

Face à ces deux vétérans, un challenger crédible a émergé: l'ex-gouverneur d'Anambra (sud-est) Peter Obi, chrétien de 61 ans, soutenu par le petit Parti travailliste (LP). Il séduit notamment la jeunesse et les électeurs de sa région.

La campagne a été marquée par des attaques visant des candidats locaux, militants, postes de police et bureaux de la commission électorale. "Le risque de violence est une réelle préoccupation", relève Sa’eed Husaini du Centre pour la démocratie et le développement (CDD).

L'identification des électeurs par reconnaissance faciale et digitale devrait limiter les fraudes qui ont entaché les scrutins précédents, espère la Commission électorale. Tout comme le transfert électronique des résultats. Mais l'utilisation de nouvelles technologies, inédite à l'échelle nationale, fait aussi craindre des défaillances.

La participation, faible lors des scrutins précédents (33% en 2019) est une autre inconnue. Un pic de nouveaux électeurs inscrits (10 millions dont 76% a moins de 34 ans) est en mesure de changer la donne.

Les résultats doivent être annoncés dans les 14 jours suivant le scrutin.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Au Bélarus, les "élections" de dimanche ont renforcé le régime autoritaire du président Loukachenko

Affaire Bygmalion : six mois ferme pour Nicolas Sarkozy en appel

Azerbaïdjan : le président sortant Ilham Aliyev réélu sans surprise