EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Des "discussions constructives" sur le nucléaire iranien

Le chef de l’Agence internationale de l’énergie atomique, Rafael Mariano Grossi, àTéhéran, le 04.03.2023
Le chef de l’Agence internationale de l’énergie atomique, Rafael Mariano Grossi, àTéhéran, le 04.03.2023 Tous droits réservés Heinz-Peter Bader/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
Tous droits réservés Heinz-Peter Bader/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
Par Euronews avec AFP
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le chef de l'AIEA veut "relancer le dialogue" avec Téhéran pour reprendre les négociations sur l’accord de 2015 sur le nucléaire iranien

PUBLICITÉ

Le chef de l’Agence internationale de l’énergie atomique était à Téhéran ce samedi, pour discuter du nucléaire iranien.

Rafael Mariano Grossi a notamment rencontré le ministre des affaires étrangères, Hossein Amirabdollahian, ainsi que le président iranien Ebrahim Raïssi.

Téhéran s’est déclaré disponible pour relancer l’accord conclu à Vienne en 2015, qui n’est plus appliqué depuis le retrait de Washington sous la présidence de Donald Trump, en 2018.

Rafael Grossi a expliqué qu'un premier accord avait été trouvé sur la reprise du contrôle des activités nucléaires de l'Iran : "l__es activités de surveillance avaient été réduites : celles liées aux caméras, aux mécanismes de contrôle de l’enrichissement en ligne… Nous avons trouvé un accord pour qu’elles soient à nouveau opérationnelles" a-t-il déclaré en conférence de presse.

déclaration conjointe de Téhéran et de l'AIEA

Ces derniers mois, l’AIEA n’était plus en mesure de garantir le caractère pacifique du programme nucléaire iranien, faute de contrôle suffisant.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Huit ans après, que reste-t-il de l'accord passé entre l'Occident et l'Iran sur le nucléaire ?

Washington prudent face à la menace nucléaire de Moscou, l'UE menace Minsk de nouvelles sanctions

L'Iran confirme la condamnation à mort d'un dissident irano-suédois