Suisse : procès autour d'actifs douteux d'un proche de Vladimir Poutine

Tribunal de Zurich (Suisse), le 08/03/2023
Tribunal de Zurich (Suisse), le 08/03/2023 Tous droits réservés ENNIO LEANZA/' KEYSTONE / ENNIO LEANZA
Tous droits réservés ENNIO LEANZA/' KEYSTONE / ENNIO LEANZA
Par euronews avec AFP, AP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Quatre employés de la banque Gazprombank Suisse, dont son directeur général, comparaissent mercredi devant la justice suisse pour avoir accepté de gérer des actifs douteux du violoncelliste russe Sergueï Roldouguine, un proche de Vladimir Poutine.

PUBLICITÉ

Les quatre prévenus sont accusés de ne pas avoir pris les précautions nécessaires pour s'assurer que le violoncelliste et chef d'orchestre russe était l'ayant-droit légitime des sommes confiées à la banque entre 2014 et 2016, malgré les "doutes objectifs" que les millions de francs suisses transitant sur son compte auraient dû susciter.

Au regard de la loi suisse, le musicien, qui est aussi le parrain d'une des filles du président russe, aurait également dû faire l'objet de vérifications plus strictes en tant que personne dite politiquement exposée.

Depuis l'annonce de ce procès, la presse suisse s'interroge quant à savoir si le violoncelliste n'a pas agi avec ces comptes comme un "homme de paille" au profit du président russe et de son entourage.

Costumes sombres et cravates, les quatre prévenus - trois Russes et un Suisse dont l'identité ne peut être dévoilée en raison du droit local - se sont présentés mercredi au tribunal de district de Zurich, la capitale financière de la Suisse.

Les prévenus, qui rejettent les accusations, risquent sept ans de prison avec sursis.

Au moment où les comptes ont été ouverts, des doutes entouraient déjà la provenance des sommes perçues par le chef d'orchestre, une des questions étant notamment de savoir comment un artiste pouvait disposer d'une telle fortune, a souligné le juge qui a demandé aux accusés pourquoi ils n'avaient pas procédé à des vérifications.

"Je rejette les accusations", a déclaré le directeur général de la banque. "Pour moi, personnellement, c'est une situation extraordinaire", a-t-il ajouté, expliquant qu'une condamnation marquerait "vraiment la fin de (sa) carrière".

Gazprombank Suisse était la filiale dans le pays alpin de Gazprombank, le bras financier du géant gazier russe Gazprom. Ses activités se concentraient surtout sur des produits et services destinés à financer les opérations de commerce international.

Mise au ban du secteur bancaire helvétique après l'invasion de l'Ukraine, elle a annoncé mettre un terme à ses activités en Suisse en octobre 2022, mais est actuellement encore en train de liquider ses relations d'affaires dans le pays alpin.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Guerre en Ukraine : Kyiv désespère d'obtenir davantage d'aide de ses alliés

Guerre en Ukraine : le tribunal spécial pour juger les dignitaires russes se précise

Antony Blinken : “L’Ukraine deviendra membre de l’Otan”