Guerre en Ukraine : les menaces qui pèsent sur la Moldavie

Anatolie Nosatii, ministre moldave de la Défense, à Chisinau (Moldavie), le 13/03/2023
Anatolie Nosatii, ministre moldave de la Défense, à Chisinau (Moldavie), le 13/03/2023 Tous droits réservés Daniel MIHAILESCU / AFP
Tous droits réservés Daniel MIHAILESCU / AFP
Par euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Avec la guerre en Ukraine, la Moldavie redoute d'éventuelles actions de déstabilisation orchestrées par la Russie. Mais pour le ministre de la Défense, il n'y a, pour l'heure, pas de menace directe de conflit militaire.

PUBLICITÉ

La Moldavie suit de très près ce qui se passe en Ukraine, du fait de son voisinage.

Pour l'heure, pas de menaces directes de conflit militaire. Mais les autorités moldaves craignent quand même que la Russie ne soit tentée par des actions de déstabilisation.

La police a récemment interpellé des individus soupçonnés d'avoir orchestré des manifestations anti-gouvernementales.

Anatolie Nosatii, ministre moldave de la Défense, a accordé une interview à l'AFP. 

"Je parle d'une guerre hybride, a-t-il dit. Elle se manifeste par la désinformation et les fake news, qui se reflètent dans les tensions au sein de notre société, générées par la Russie pour changer l'ordre politique, déstabiliser la situation et renverser le pouvoir d'État."

Il y a quelques semaines, la présidente moldave était à Munich aux côtés du Secrétaire général de l'OTAN. La Moldavie n'est pas membre de l'OTAN, mais le sujet d'une demande d'adhésion n'est plus tabou.

"L'adhésion à l'OTAN est avant tout une question politique, commente Anatolie Nosatii, ministre moldave de la Défense. Pour nous, la priorité est d'avoir une coopération avec l'OTAN et l'année dernière, nous avons réussi à l'approfondir".

La Moldavie, anciennement dans la zone d'influence de la Russie, est désormais dirigée par des autorités résolument tournées vers l'intégration européenne.

Elle doit cependant composer avec la Transdniestrie, une région séparatiste prorusse, où la Russie compte 1 500 soldats et un important stock de munitions.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

En visite à Chisinau, Charles Michel réaffirme le soutien de l'UE à la Moldavie

Moldavie : les séparatistes de Transnistrie demandent la "protection" de Moscou

Portraits croisés de jeunes Moldaves divisés sur l'adhésion à l'Union européenne