Pourquoi les jeunes se mobilisent tant contre la réforme des retraites

Pourquoi les jeunes se mobilisent tant contre la réforme des retraites
Tous droits réservés euronews
Tous droits réservés euronews
Par Anelise Borges
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Reportage dans les cortèges parisiens, auprès des nombreux jeunes qui dénoncent la réforme des retraites, mais surtout, disent-ils, un système qu'ils jugent de plus en plus antidémocratique.

PUBLICITÉ

Pour de nombreux jeunes à travers le monde, la retraite est une idée abstraite. La génération Z a bien d'autres sujets de préoccupation qui passent avant, comme le réchauffement de la planète et l'accès à l'emploi. Pourtant, en France, depuis que le gouvernement d'Emmanuel Macron a présenté son projet de réforme des retraites en janvier dernier, des manifestations contre le texte ont déferlé sur la France et les jeunes sont apparus en première ligne de la mobilisation. Pour comprendre pourquoi, notre reporter Anelise Borges est allée à leur rencontre dans les cortèges parisiens.

Emmanuel Macron, "le président des vieux"

Si certains jeunes manifestants contestent effectivement, la réforme en question, beaucoup disent descendre dans la rue pour exprimer un mécontentement plus général. C'est le cas de Romane, une étudiante de 21 ans : "On est contre la politique du gouvernement dans le sens global, par exemple, contre la politique qu'il mène pour le climat, contre la politique qu'il mène envers les étrangers," souligne-t-elle. "L'enjeu est beaucoup plus vaste," affirme-t-elle.

Euronews
Romane, 21 ans (ici, à droite), se dit contre la politique du gouvernement "dans le sens global"Euronews

Le politologue Philippe Moreau Chevrolet reprend cette idée. "Il y a un parallèle à faire avec Mai 68 parce qu'en 68, on avait un vieux président, de Gaulle, qui était important pour toute une génération, mais pas pour les nouvelles générations, c'est un peu pareil avec Emmanuel Macron," compare-t-il. "C'est le président des vieux : il est élu par les seniors ; il ne parle pas à la jeunesse," estime-t-il.

59,2% des 18-24 ans ont voté pour Emmanuel Macron au second tour de l'élection présidentielle de 2022, mais 41% de cette tranche d'âge n'ont pas voté du tout, sans oublier ceux qui n'étaient pas en âge de voter l'an dernier.

En lutte pour la démocratie

De nombreux jeunes manifestants dénoncent également le processus retenu par le gouvernement pour faire passer sa réforme. Ce dernier a contourné le Parlement en recourant à l'article 49.3 de la Constitution française, une démarche que les opposants considèrent comme une menace pour la démocratie. Du fait de cette procédure, certains jugent Emmanuel Macron de plus en plus autocratique alors que ses soutiens assurent que cette approche était légitime et nécessaire.

Il est également vrai que les jeunes, pour la plupart sans emploi à plein temps et sans charge familiale, ont souvent, moins à perdre que leurs aînés en manifestant, sauf évidemment, quand ils se retrouvent interpellés.

Euronews
Des membres des forces de l'ordre sont accusés d'arrestations arbitraires et de violences physiquesEuronews

Des arrestations "complètement arbitraires"

Lors de récentes actions de protestation dans les rues de Paris, alors que les tactiques des manifestants étaient parfois discutables, la réaction des forces de l'ordre a été mise en cause, certains de leurs membres étant accusés d'arrestations arbitraires et de violences physiques.

Des manifestants, mais aussi des élus, dénoncent des interventions et interpellations massives dans les cortèges afin de dissuader les jeunes de se mobiliser.

À sa sortie de garde à vue, Solal, 18 ans, raconte : "Ils m'ont attrapé, ils m'ont frappé. (...) Quand on voit la façon dont c'est complètement arbitraire, c'est sûr que le but, c'est qu'on perde la motivation et franchement, je pense que ça va être le cas pour beaucoup," craint-il. "Même moi, je me pose encore la question, mais il ne faut pas que ce soit le cas," lance-t-il, déterminé à poursuivre la lutte.

Journaliste • Anelise Borges

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

France : une onzième journée de mobilisation contre la réforme des retraites

Pourquoi la réforme des retraites cristallise autant le mécontentement en France ?

Nouvelle-Calédonie : un sixième homme est mort dans des affrontements