EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

France : une onzième journée de mobilisation contre la réforme des retraites

Une banderole "64 c'est non", de la CGT installée sur l'Arc de Triomphe, à Paris, le 5 avril 2023
Une banderole "64 c'est non", de la CGT installée sur l'Arc de Triomphe, à Paris, le 5 avril 2023 Tous droits réservés Michel Euler/Copyright 2023 The AP. All rights reserved.
Tous droits réservés Michel Euler/Copyright 2023 The AP. All rights reserved.
Par Euronews avec AFP
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

A huit jours de la décision du Conseil constitutionnel sur la réforme des retraites, les syndicats organisent ce jeudi une onzième journée de mobilisation, alors que les discussions avec le gouvernement sont dans l'impasse.

PUBLICITÉ

A huit jours de la décision du Conseil constitutionnel sur la réforme des retraites, les syndicats organisent ce jeudi une onzième journée de mobilisation, espérant une nouvelle démonstration de force alors que les discussions avec le gouvernement sont dans l'impasse.

De légères perturbations dans les transports

Toujours du monde dans la rue mais moins de grévistes et de perturbations ? Au lendemain d'une rencontre avec Elisabeth Borne qui s'est soldée par un "échec" selon l'intersyndicale, les usagers des transports en commun ne devraient pas affronter de grosses difficultés dans leurs déplacements même si des désagréments sont au rendez-vous.

La SNCF prévoit de faire rouler trois TGV sur quatre et un TER sur deux, un trafic en nette amélioration par rapport aux journées précédentes. Le trafic sera "quasi normal" pour le métro et le RER à Paris.

Sur les routes peu de bouchons étaient constatés en Ile-de-France mais des actions de blocages aux portes de grandes villes ont provoqué des embouteillages, à Lyon ou à Rennes.

Dialogue de sourd entre l'exécutif et les syndicats

Mais comme depuis le 10 janvier et la présentation de la réforme, le plus gros blocage est surtout à rechercher entre l'exécutif et les syndicats avec notamment une relation entre le président Emmanuel Macron et le leader de la CFDT, Laurent Berger qui vire à l'aigre.

Mercredi, les leaders des huit principaux syndicats se sont rendus à Matignon, l'occasion pour eux de demander à Elisabeth Borne de "retirer" sa réforme, et d'affirmer haut et fort qu'ils refusent en attendant de "tourner la page" et "d'ouvrir, comme le propose le gouvernement, d'autres séquences de concertation".

La Première ministre a répondu en affirmant qu'elle n'envisageait "pas d'avancer sans les partenaires sociaux".

De son côté, l'entourage du président de la République, en déplacement en Chine jusqu'à samedi, a assumé un projet "porté démocratiquement" et rejeté la responsabilité de l'échec du dialogue sur les syndicats, et notamment la CFDT qui n'a pas "voulu entrer dans un compromis".

"Stop à la provocation", a réagi le N.1 de la CFDT, Laurent Berger, jeudi sur RTL. "On n'est pas sur un ring."

Essoufflement de la mobilisation ?

Le 28 mars, la dernière mobilisation avait marqué le pas, avec selon le ministère de l'Intérieur 740 000 manifestants en France, plus de deux millions selon la CGT.

Cette fois-ci les autorités attendent de source policière entre 600 000 et 800 000 personnes, dont 60 000 à 90 000 à Paris où le défilé ira d'Invalides à Place d'Italie. 11 500 policiers et gendarmes seront mobilisés, alors que les derniers cortèges ont été émaillés de tensions.

Dans l’Éducation nationale, autour de 20% des enseignants du primaire seront en grève, selon le Snuipp-FSU.

Mardi, le groupe pétrolier Esso-ExxonMobil a annoncé le redémarrage de la production de sa raffinerie de Port-Jérôme-Gravenchon (Seine-Maritime). La raffinerie voisine de TotalEnergies, à Gonfreville-L'Orcher est la seule dont la production est encore arrêtée en raison de la grève.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Retraites en France : la réunion entre les syndicats et le gouvernement soldée par un "échec"

L'Espagne réforme son système de retraites

Pourquoi les jeunes se mobilisent tant contre la réforme des retraites