Le vol inaugural de Starship, la plus grande fusée du monde, reporté

La fusée Starship sur son pas de tir de la base spatiale Starbase, au Texas, le 17 avril 2023.
La fusée Starship sur son pas de tir de la base spatiale Starbase, au Texas, le 17 avril 2023. Tous droits réservés PATRICK T. FALLON / AFP
Tous droits réservés PATRICK T. FALLON / AFP
Par euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les 120 mètres de la fusée géante ne sont pas élevés dans les airs en raison d'un problème technique. SpaceX et son dirigeant Elon Musk, ont assuré qu'une nouvelle tentative aurait lieu dans les prochains jours.

PUBLICITÉ

C'est raté pour Starship. Le premier décollage de la plus grande fusée du monde, n'a pas eu lieu ce lundi à cause d'un problème technique rencontré durant les dernières minutes de préparatifs, a annoncé SpaceX.

Le décollage de cette géante était prévu depuis la base spatiale Starbase, à l'extrême sud du Texas aux Etats-Unis.

Les équipes de SpaceX ont toutefois continué à faire tourner le compte à rebours et simuler les opérations de décollage sous forme d'une répétition générale, stoppée juste avant le moment prévu du lancement.

Des dates de repli sont possibles dans la semaine. "Nous prévoyons un minimum de 48 heures avant de pouvoir retenter ce vol test", a déclaré une employée de SpaceX lors du direct vidéo de l'entreprise.

"Une valve semble être gelée", avait plus tôt tweeté le patron SpaceX, Elon Musk. Ce dernier a ajouté quelques minutes plus tard qu'une nouvelle tentative aurait lieu dans les prochains jours. 

Du haut de ses 120 mètres, Starship appartient à la catégorie des lanceurs super-lourds, capables de transporter plus de 100 tonnes de cargaison en orbite. Sa puissance au décollage doit être plus de deux fois supérieure à celle de la légendaire Saturn V, la fusée du programme lunaire Apollo (111 mètres). 

Starship est destinée à des voyages vers la Lune et Mars.

SPACEX / AFP
Starship, le 10 avril 2023, sur la base spatiale Starbase, à l'extrême sud du Texas aux Etats-Unis.SPACEX / AFP

Ce mastodonte noir et argenté, qui fonctionne à l'oxygène et au méthane liquides, n'a encore jamais volé dans sa configuration complète, avec son premier étage surpuissant, appelé Super Heavy.

Seul le deuxième étage du véhicule, le vaisseau Starship qui donne par extension son nom à la fusée entière, a effectué des tests suborbitaux (à environ 10 km d'altitude).

Le plan de vol pour lundi était le suivant : environ trois minutes après le décollage, Super Heavy devait se détacher et retomber dans les eaux du golfe du Mexique. Le vaisseau Starship devait alors continuer seul son ascension, et effectuer un peu moins d'un tour de Terre avant de retomber dans l'océan Pacifique.

Mais il s'agissait là du "meilleur scénario", avait fait savoir SpaceX, tant l'issue du test est incertaine.

"Demain ne sera probablement pas un succès, si on entend par là atteindre l'orbite", avait déclaré dimanche soir Elon Musk, parlant à ses abonnés via Twitter.

"Si nous voyons quoi que ce soit qui nous inquiète, nous reporterons le vol", avait-il prévenu.

Lorsque le décollage sera tenté, le milliardaire a simplement souhaité qu'il ne détruise pas l'aire de lancement.

Sa crainte était que l'un des 33 moteurs Raptor de Super Heavy explose et provoque un "_effet domin_o" en se propageant aux autres. "Cela prendrait sûrement plusieurs mois pour reconstruire le pas de tir si nous le faisons fondre", a-t-il dit.

Le but principal de cette tentative, qui s'est donc soldée par un échec, était de récolter un maximum de données pour les prototypes suivants.

Une fusée entièrement réutilisable

Ce vol inaugural devait être suivi de très près par la Nasa. L'agence spatiale américaine a choisi ce vaisseau pour faire réatterrir, pour la première fois en plus d'un demi-siècle, ses astronautes sur la Lune, lors de la mission Artémis 3 officiellement prévue en 2025.

Les astronautes décolleront séparément à bord de la nouvelle méga-fusée de la Nasa, SLS (98 mètres de haut, avec une puissance au décollage quasiment deux fois inférieure à celle prévue pour Starship).

PUBLICITÉ

Ils se rendront jusqu'à la Lune dans la capsule Orion, et celle-ci s'amarrera alors au vaisseau Starship, préalablement placé en orbite lunaire. C'est lui qui fera descendre les astronautes sur la surface de la Lune. Sans cet alunisseur, Artémis 3 ne pourra pas avoir lieu.

A l'avenir, la fusée doit être entièrement réutilisable. Super Heavy devra revenir se poser contre sa tour de lancement, équipée de bras pour l'attraper.

Le vaisseau Starship devra lui revenir se poser sur Terre à l'aide de rétrofusées. C'est cette manoeuvre qui avait été plusieurs fois tentée en 2020 et 2021. Plusieurs prototypes étaient alors redescendus trop vite, et avaient percuté le sol dans d'impressionnantes explosions - avant que l'un d'eux ne réussisse finalement son atterrissage.

L'idée d'un lanceur réutilisable, la grande stratégie d'Elon Musk, est de casser les prix. Chaque vol de Starship pourrait à terme ne coûter que "quelques millions" de dollars, a-t-il redit dimanche.

La fusée a déjà des clients: son premier vol avec équipage est prévu en partenariat avec le milliardaire américain Jared Isaacman.

PUBLICITÉ

Un autre milliardaire, le Japonais Yusaku Maezawa, et l'entrepreneur américain Dennis Tito (le premier touriste spatial de l'histoire), ont également annoncé qu'ils monteraient à bord pour un voyage autour de la Lune.

Mais pour Elon Musk, Starship est surtout le vaisseau qui doit permettre à l'humanité de devenir multiplanétaire : "Nous avons un chemin ardu de deux ou trois ans devant nous (...) mais à la fin nous devrions avoir quelque chose qui permette d'installer une base sur la Lune et sur Mars."

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Mike Pence : "Je crois que l'Amérique est le leader du monde libre"

Mike Pence, l'ancien vice-président américain, affirme que l'aide à l'Ukraine est imminente

New York touché par un séisme de magnitude 4,8