PUBLICITÉ

Guerre en Ukraine : la situation au 25 avril, cartes à l'appui

Sasha Vakulina, euronews
Sasha Vakulina, euronews Tous droits réservés Lyon
Tous droits réservés Lyon
Par Sasha Vakulina (adapté de l'anglais)
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Sasha Vakulina fait le point quotidien sur la guerre en Ukraine. Elle revient sur les dernières estimations de pertes militaires russes.

PUBLICITÉ

Au cours du mois d'avril, le taux moyen de pertes militaires quotidiennes de la Russie a très probablement diminué d'environ 30%, selon le ministère britannique de la Défense. Cette estimation fait suite à celle avancée entre janvier et mars dernier lorsque les des pertes russes étaient exceptionnellement élevées. Selon ces données, il y aurait donc eu en moyenne 776 pertes quotidiennes en mars contre 568 en avril.

Les pertes humaines russes ont très probablement diminué car la tentative d'offensive hivernale n'a pas atteint ses objectifs. Les forces russes se concentreraient désormais sur la préparation de la contre-offensive ukrainienne largement anticipée.

Sur le terrain, selon l'Institut pour l'étude de la guerre, basé aux Etats-Unis, les forces russes ont poursuivi leurs attaques terrestres à l'intérieur et autour de Bakhmout et n'ont pas confirmé de gains territoriaux dans la ville dimanche et lundi.

Après plus de dix mois d'efforts de la Russie pour s'emparer de Bakhmout, le chef du groupe Wagner a déclaré que la chute de la ville ne changerait pas la situation opérationnelle de la Russie sur l'axe de la région de Donetsk.

Le chef du groupe paramilitaire a affirmé que le travail de Wagner consistait à épuiser les forces ukrainiennes en prévision d'une éventuelle contre-offensive.

Samedi dernier, l'Institut pour l'étude de la guerre (ISW) a estimé que les forces ukrainiennes avaient établi une présence durable dans certaines zones de la rive orientale de la région de Kherson, mais pas une tête de pont. La diffusion de ces informations avaient été très critiquée côté ukrainien. 

Lundi, le groupe de réflexion a donc publié une nouvelle mise au point reprécisant que, selon lui, les forces ukrainiennes n'avaient pas établi de tête de pont sur le Dniepr.

L'ISW a ensuite publié une déclaration distincte concernant la couverture des opérations de contre-offensive ukrainiennes annoncées, déclarant : "L'ISW s'engage à faire tout ce qui est en son pouvoir pour éviter de compromettre la sécurité opérationnelle ukrainienne ou de dire aux Russes quoi que ce soit qu'ils ne sachent déjà. ISW ne fera aucune prévision sur ce que les forces ukrainiennes pourraient faire ou ne pas faire, et encore moins sur le lieu ou le moment où elles pourraient le faire. Nous veillerons tout particulièrement à éviter les déclarations qui pourraient être interprétées comme de telles prévisions dans les semaines à venir".

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L'Ukraine commémore la catastrophe de Tchernobyl, et dénonce le "chantage nucléaire russe"

Ukraine : l’OTAN pointe les restrictions sur l’usage d’armes occidentales

La nouvelle loi ukrainienne sur la mobilisation est entrée en vigueur