Les profitables exportations de fleurs néerlandaises vers la Russie

Image composite montrant un char de combat Leopard 2 dans un champ de tulipes aux Pays-Bas
Image composite montrant un char de combat Leopard 2 dans un champ de tulipes aux Pays-Bas Tous droits réservés Euronews Graphistes
Tous droits réservés Euronews Graphistes
Par Johan Bodinier
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

L'exportation de fleurs coupées de l’Union européenne (UE) vers la Russie ne fait l'objet d'aucune sanction. L'exportation de fleurs coupées vers la Russie a rapporté 9,4 millions d'euros aux producteurs européens, majoritairement néerlandais.

PUBLICITÉ

Le commerce de fleurs coupées est en plein essor à Moscou. Les chauffeurs de Katya, à la tête d’une entreprise florissante de livraisons bouquets dans toute la capitale russe, s’affairent. Après sa journée de travail, Katya a prévu de nouvelles vacances à Dubaï. Pour cause, l'exportation de fleurs coupées de l’Union européenne (UE) vers la Russie ne faisant l'objet d'aucune sanction. 

Selon les dernières statistiques officielles, l'exportation de fleurs coupées vers la Russie a rapporté 9,4 millions d'euros aux producteurs de l'Union européenne l'année dernière. Katya, qui achète ses fleurs à un grossiste, explique à Euronews qu'environ 30 % de ses fleurs fraîches coupées proviennent aujourd'hui des Pays-Bas, célèbres pour leurs vastes champs de tulipes au printemps et principal exportateur de l’UE.

Les fleurs néerlandaises sont devenues plus chères, dit-elle, alors que les fleurs du Kenya, de l'Équateur et de la Colombie le sont un peu moins à l’achat. Les grands exportateurs néerlandais de fleurs - dont aucun n'a accepté de parler à Euronews pour cet article - sont confrontés au même dilemme que d'autres entreprises européennes : faut-il continuer à exporter ses produits vers la Russie qui mène une guerre d'agression contre l'Ukraine, alors que ces exportations ne tombent pas sous le coup de sanctions ?

Au début du mois d'avril, The Absolut Company a décidé d'arrêter les exportations de sa vodka Absolut vers la Russie, avec effet immédiat, à la suite d'une réaction négative sur les médias sociaux, notamment en Suède, alors que les exportations de produits alimentaires et de boissons ne sont pas touchées par les sanctions.

Les Pays-Bas représentent, à l'échelle mondiale, environ 60 % du commerce mondial des fleurs, 80 % à l’échelle européenne.

Une manne importante pour les exportateurs de fleurs

Au cours des trois premiers trimestres de 2022, la valeur des exportations totales de fleurs a atteint le chiffre record de 3,4 milliards d'euros aux Pays-Bas. Le 8 avril 2022, l'Union européenne a publié ses "mesures restrictives compte tenu des actions de la Russie visant à déstabiliser la situation en Ukraine", interdisant aux États membres de l'UE d'exporter des bulbes de fleurs et des produits de pépinières vers la Russie.

Les Russes pourraient gagner de l'argent avec les plantes ou les arbustes, avec la possibilité de les cultiver, alors que les fleurs coupées ont une durée de vie limitée, ce qui explique qu'elles ne soient pas sanctionnées. Bien que le commerce ait été rendu difficile par les nombreuses séries de sanctions de l'UE, la floriculture russe se porte toujours bien. Le groupe Azalia, grossiste en fleurs coupées à Moscou, a confirmé à Euronews qu'il importait des fleurs des Pays-Bas. Son site web confirme qu'il reçoit des livraisons du pays deux fois par semaine.

Alexander Zemlianichenko/Copyright 2023 The AP.
Le marché aux fleurs de Moscou, le 8 mars 2023.Alexander Zemlianichenko/Copyright 2023 The AP.

"Chaque euro dépensé pour des fleurs ne peut plus être dépensé pour des chars d’assaut[russes] »

Bien que les exportations de fleurs néerlandaises vers la Russie ne soient pas vraiment cachées, les producteurs évitent toute publicité sur ce commerce.

Pendant que les entreprises continuent de faire des affaires en Russie, le gouvernement néerlandais achète des chars d'assaut Leopard 2 pour les forces ukrainiennes. La semaine dernière, le ministre néerlandais de la défense, Kajsa Ollongren, a annoncé, conjointement avec son homologue danois, l'intention "d'acquérir, de remettre en état et de donner 14 chars Leopard 2A4 pour l'Ukraine". Les chars, que Kiev a demandés à plusieurs reprises depuis février 2022 seront achetés pour un coût de 165 millions d'euros et devraient être livrés à partir de "début 2024".

Le média en ligne néerlandais NU.nl rapporte qu'un producteur de fleurs, qui souhaite rester anonyme, a déclaré qu'"il y aura toujours des Russes qui voudront des fleurs [...]. Chaque euro dépensé en fleurs ne peut plus aller aux chars d'assaut [russes]". Euronews a contacté l'Association des grossistes en produits de floriculture (VGB) et le ministre néerlandais de l'économie pour obtenir des commentaires, sans succès au moment de la rédaction de cet article.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

A Cuba, Sergueï Lavrov parle de "sanctions illégales de l'Occident"

Quel est le volume des échanges commerciaux entre l'UE et la Russie concerné par les sanctions ?

La Russie a attaqué Kostiantynivka, près du Donetsk, avec une bombe aérienne guidée