Brève manifestation d'Afghanes contre l'éventuelle reconnaissance internationale des talibans

Kaboul, le 29 avril 2023
Kaboul, le 29 avril 2023 Tous droits réservés Mohammed Shoaib Amin/Copyright 2022 The AP. All rights reserved.
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Une réunion internationale sur l'Afghanistan est organisée par l'ONU les 1er et 2 mai à Doha afin de "clarifier les attentes" dans un certain nombre de dossiers.

PUBLICITÉ

**Un peu plus d'une vingtaine de femmes ont brièvement manifesté samedi à Kaboul contre une éventuelle reconnaissance internationale du gouvernement taliban, à deux jours d'un sommet des Nations unies, ont constaté des journalistes de l'AFP.
**

Le poing levé, environ 25 Afghanes ont déambulé dans une rue de Kaboul durant une dizaine de minutes scandant "Reconnaissance des talibans, violation des droits des femmes !" ou encore "Violation des droits internationaux par les Nations unies !".

Une réunion internationale sur l'Afghanistan est organisée par l'ONU les 1er et 2 mai à Doha afin de "clarifier les attentes" dans un certain nombre de dossiers.

À propos de cette réunion, la secrétaire générale adjointe de l'ONU, Amina Mohammed avait évoqué lors d'une rencontre à l'université de Princeton le 17 avril la possibilité de discussions et de "petits pas" vers une éventuelle "reconnaissance de principe" des talibans, tout en mettant en avant des "conditions".

"Cette discussion doit avoir lieu. Certains pensent que cela ne doit jamais arriver, d'autres disent que ça doit arriver. Les talibans veulent être reconnus (...) C'est notre levier", avait-elle ajouté.

Deux jours plus tard, Stéphane Dujarric le porte-parole du secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, avait toutefois précisé les propos d'Amina Mohammed. "En aucun cas elle n'a voulu dire que quiconque à part les Etats membres n'a l'autorité de reconnaître" les talibans, a-t-il déclaré.

Le but de la réunion est "de redynamiser l'engagement international autour d'objectifs communs vers un chemin durable concernant la situation en Afghanistan", avait ajouté le porte-parole.

La communauté internationale a lié la reconnaissance du régime taliban et le versement des aides humanitaires et financières, cruciales pour le soutien de la population afghane minée par la pauvreté, au respect par les talibans des droits humains, en particulier celui des femmes à être éduquées et travailler.

Début avril, les talibans ont interdit aux employées afghanes de travailler avec l'ONU, une mesure jusqu'ici appliquées aux ONG. Depuis, la mission de l'ONU en Afghanistan (Manua) a lancé un examen du fonctionnement des opérations de l'ONU dans le pays, qui doit durer jusqu'au 5 mai.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La Maison Blanche défend le retrait d'Afghanistan

En Afghanistan, plus d'un million de filles n'ont pas accès à l'éducation au début de l'année scolaire

Afghanistan : retour à Kaboul pour deux anciens prisonniers de Guantanamo