EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Fusillade dans une école de Belgrade : huit écoliers et un gardien tué

A Belgrade, le quartier autour de l'établissement scolaire a été rapidement bouclé
A Belgrade, le quartier autour de l'établissement scolaire a été rapidement bouclé Tous droits réservés AP Photo
Tous droits réservés AP Photo
Par euronews avec agences
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Un suspect a été interpellé. Il s'agirait d'un élève qui aurait utilisé une arme appartenant à son père.

PUBLICITÉ

Huit élèves et le gardien d'une école primaire de Belgrade ont été tués par balles mercredi par un élève de cet établissement, arrêté et soupçonné d'avoir préparé en détail cette tuerie. Le drame a provoqué un grand choc en Serbie où les fusillades dans les écoles sont extrêmement rares.

"Dans la fusillade qui a eu lieu ce matin à l'école primaire Vladislav Ribnikar, à Vracar (centre de Belgrade), huit enfants et un gardien ont été tués, alors que six enfants et une enseignante ont été blessés et ont été hospitalisés", a indiqué le ministère de l'Intérieur dans un communiqué.

Les enfants tués sont sept filles et un garçon, nés en 2009, 2010 et en 2011, a précisé le chef de la police de Belgrade, Veselin Milic, lors d'une conférence de presse.

L'élève soupçonné d'avoir commis ce crime, un garçon âgé de treize ans, a été retrouvé dans la cour de l'école peu après la fusillade et a été arrêté, selon la même source.

Un plan détaillé de l'attaque

La police a d'abord été alertée par la directrice adjointe de l'école, puis l'assaillant a lui-même appelé la police deux minutes plus tard. "Il a dit avoir tiré sur plusieurs personnes à l'école primaire", a raconté M. Milic. Ce policier a expliqué que l'assaillant avait un plan détaillé de la tuerie. Il "a préparé la fusillade pendant un mois, il a fait une liste des enfants qu'il planifiait de tuer", a-t-il dit.

"Le croquis ressemble à quelque chose d'un jeu vidéo ou d'un film d'horreur, ce qui signifie qu'il a planifié (la tuerie) en détail", a dit M. Milic, en ajoutant que les plans avaient été découverts sur une table de travail du suspect.

Le gouvernement serbe a décrété trois jours de deuil national à partir de vendredi. Les cours, annulés mercredi après-midi à Belgrade, commenceront jeudi par une minute de silence dans le pays, a annoncé le ministre de l'Education, Branko Ruzic. "C'est la plus grande tragédie survenue en Serbie et dans notre système d'éducation dans l'histoire récente".

Darko Vojinovic/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
Des fleurs déposées devant l'école Vladislav Ribnikar à Belgrade où une fusillade est survenue mercredi 3 mai au matin.Darko Vojinovic/Copyright 2023 The AP. All rights reserved

Peu après la fusillade, survenue vers 08H40 (0640 GMT), la police a bouclé le périmètre autour de l'école où ont afflué de nombreuses ambulances pour prendre en charge les blessés, sous les yeux de parents inquiets qui attendaient leurs enfants à proximité, a rapporté un journaliste de l'AFP.

Astrid Merlini, dont la fille se trouvait à l'école, a déclaré que les enseignants avaient agi vite pour cacher les enfants. "Lorsque (ma fille) a vu l'agent de sécurité tomber, elle a précipitamment regagné sa classe. Elle a eu peur. Elle a dit à son enseignante qu'il y avait une fusillade à l'étage", a raconté Mme Merlini à l'AFP. "L'enseignante a immédiatement mis les enfants à l'abri, en les enfermant dans la classe".

Le gardien s'est interposé

Le président de la municipalité de Vracar, Milan Nedeljkovic, a raconté à la presse que le gardien de l'école s'était interposé pour protéger les élèves. "Il a voulu empêcher cette tragédie et il est mort le premier (...) La tragédie aurait probablement été pire si cet homme ne s'était pas mis devant le garçon qui tirait", a ajouté M. Nedeljkovic, devant l'école, selon des images diffusées par la télévision nationale (RETS).

Selon le chef de la police de la capitale serbe, le suspect est arrivé à l'école avec un pistolet de 9 mm, un autre de petit calibre, et quatre cocktails Molotov dans son sac. Il a ouvert le feu en entrant dans l'école, tuant d'abord dans les couloirs le gardien et trois élèves qui se trouvaient à proximité, avant de pénétrer "dans la classe d'Histoire". "Dès qu'il a franchi la porte, il a tiré sur l'enseignante et les autres élèves", a raconté M. Milic. Il a affirmé que la police n'avait pas encore établi le mobile de l'adolescent, alors que certains médias ont évoqué de possibles violences qu'il aurait subi de la part de ses camarades de classe.

AP/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
Un suspect est évacué de l'école où a eu lieu la tuerie.AP/Copyright 2023 The AP. All rights reserved

Le père du suspect, propriétaire des armes, a également été arrêté, a annoncé le ministre de l'Intérieur, Bratislav Gasic. "Le père affirme que les armes étaient enfermées dans un coffre-fort avec un code, mais apparemment l'enfant avait le code, puisqu'il a réussi à prendre les pistolets et trois chargeurs avec quinze balles chacun", a déclaré M. Gasic.

De rares fusillades dans une région surarmée

Les fusillades de masse sont extrêmement rares en Serbie et dans l'ensemble de la région des Balkans. Aucune n'a été signalée dans des écoles au cours des dernières années. Lors de la dernière fusillade de masse, un vétéran de la guerre des Balkans avait tué 13 personnes dans un village du centre de la Serbie en 2013.

Les experts ont toutefois mis en garde à plusieurs reprises contre le danger que représente le grand nombre d'armes présentes dans le pays depuis les guerres des années 1990 en ex-Yougoslavie. Des décennies d'instabilité résultant des conflits ainsi que les difficultés économiques actuelles peuvent également contribuer à la propagation d'explosions de violence.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Les élections dans le nord du Kosovo suscitent des critiques en Serbie

L'UE veut s'assurer que les pays des Balkans restent attachés au bloc

En Serbie, Stellantis joue la carte de l'électrique malgré les doutes de son patron