L'ambassadeur russe empêché d’accéder au mémorial de l’Armée rouge à Varsovie

  Des heurts au mémorial de l'Armée rouge à Varsovie
Des heurts au mémorial de l'Armée rouge à Varsovie Tous droits réservés Czarek Sokolowski/AP
Tous droits réservés Czarek Sokolowski/AP
Par euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L'an dernier l'ambassadeur avait été aspergé d'un liquide rouge, pour dénoncer l'invasion russe en Ukraine.

PUBLICITÉ

 La journée de commémoration s'est transformée en une journée de colère contre l'ambassadeur de Russie en Pologne. Alors que Sergei Andreev tentait de déposer une gerbe au mémorial des troupes soviétiques à Varsovie, il a été bloqué par des activistes anti-guerre. Une installation artistique et sonore représentait les atrocités commises en ce moment par les Russes en Ukraine. Le diplomate a été contraint de faire demi-tour.

"Bien sûr, cela ne peut en aucun cas changer notre volonté de vaincre définitivement le nazisme où qu'il se trouve," a déclaré Sergei Andreev, l'ambassadeur de Russie en Pologne.

 Des centaines de drapeaux symbolisaient les morts ukrainiens. Une piscine de sang dénonçait les atrocités.  

"Notre demande, et bien sûr notre souhait le plus cher, a déclaré l'activiste Viktoria Pogrebniak,  est de voir les diplomates russes renvoyés de Pologne, renvoyés du monde civilisé, car ils n'ont plus rien à faire ici."

 Sur les banderoles des manifestants, le mot "profanation", en lien avec la visite de l’ambassadeur. Leur opération coup de poing était destinée à contrer la propagande russe sur la guerre en Ukraine.

 Certains Polonais se sont également présentés dans la matinée et ont traversé le cimetière symbolique  pour se rendre au mémorial de l'Armée rouge afin d'y déposer des fleurs. 

Cela a déclenché la colère des manifestants, qui les ont dénoncés comme des "provocateurs" servant les intérêts du Kremlin. "Ce sont des traîtres à la Pologne",  criaient les militants. 

Les soldats de l'Armée rouge sont morts dans la lutte contre l'Allemagne nazie pendant la Seconde Guerre mondiale. Mais de nombreux Polonais se souviennent également des viols et autres crimes qu'ils ont perpétrés, et ils n'apprécient pas les décennies de contrôle soviétique qui ont suivi pour leur nation.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Les élections locales polonaises, test ultime avant les élections européennes

Crise diplomatique entre la Pologne et Israël après la mort de sept humanitaires à Gaza

En Pologne, la communauté LGBT en quête d'égalité