Gaza : un sixième chef militaire du Djihad islamique tué dans une frappe israélienne

La nuit de jeudi à vendredi a été marquée par de nouvelles attaques aériennes
La nuit de jeudi à vendredi a été marquée par de nouvelles attaques aériennes Tous droits réservés AP Photo/Tsafrir Abayov
Tous droits réservés AP Photo/Tsafrir Abayov
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La tension reste très vive entre Israéliens et Palestiniens. Après une nouvelle nuit de violences l'organisation palestinienne Djihad islamique a annoncé la mort de l'un de ses chefs militaires.

PUBLICITÉ

Un sixième chef militaire de l'organisation palestinienne Djihad islamique a été tué vendredi dans une frappe israélienne sur la bande de Gaza, a annoncé à l'AFP un porte-parole du mouvement, au quatrième jour d'une escalade de violence avec Israël.

Iyad al-Hassani, un responsable au sein de la branche armée du Djihad islamique, a été tué dans une frappe sur une zone habitée du centre de Gaza, a indiqué ce porte-parole. D'après un dernier bilan du ministère de la Santé dans le territoire palestinien, 33 personnes y sont mortes depuis mardi. Une personne a péri en Israël.

Des échanges de missiles et de roquettes entre Israël et des groupes armés à Gaza s'étaient poursuivis dans la nuit de jeudi à vendredi, mais de moindre intensité.

L'Egypte, médiateur traditionnel entre les belligérants, s'active toujours pour obtenir un cessez-le-feu, au moment où les appels internationaux se multiplient pour mettre fin à l'escalade, la plus grave depuis août 2022 entre des groupes armés à Gaza et Israël.

Mohammed al-Hindi, responsable du département politique du Jihad islamique arrivé jeudi au Caire, a dit espérer que les discussions en vue d'une trêve "s'achèvent aujourd'hui (vendredi)".

Plusieurs sources proches des négociations ont indiqué à l'AFP que l'Egypte était parvenue à un début de désescalade sur le terrain.

L'armée israélienne a indiqué avoir visé plusieurs installations militaires et des sites de lancement de roquettes du Djihad islamique. Selon des témoins, trois frappes ont touché le secteur de Rafah, dans le sud de Gaza, à l'aube.

Dans les localités israéliennes adjacentes à la bande de Gaza, les dernières sirènes d'alerte à la roquette se sont déclenchées en fin de soirée jeudi, après avoir retenti à intervalles réguliers tout au long de la journée.

Le ministère de la Santé a fait état de 30 morts, dont des enfants, et plus de 90 blessés, depuis mardi.

Parmi ces morts figurent cinq commandants militaires du Djihad islamiques visés par Israël, ainsi que des combattants de ce mouvement et du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP), un autre groupe armé.

En Israël, une personne a été tuée jeudi à Rehovot, au sud de Tel-Aviv, par une roquette ayant frappé un immeuble habité, selon la police. Les services de secours ont fait état de cinq blessés en Israël par des éclats de projectiles depuis les premiers tirs palestiniens mercredi.

D'après l'armée, 866 roquettes ont été tirées vers Israël, dont 260 ont été interceptées par le système de défense anti-aérien.

L'armée affirme que 25% des roquettes sont tombées à l'intérieur du territoire gazaoui, faisant quatre morts, dont trois mineurs. L'AFP n'a pas été en mesure d'obtenir une réaction du Hamas et du Jihad islamique à ces affirmations.

Appels au calme

Depuis le début de son opération "préventive", l'armée israélienne a frappé 170 cibles de l'organisation Djihad islamique, des sites ou des membres du groupe.

Une source au sein du mouvement a indiqué vendredi à l'AFP qu'"une des conditions les plus importantes pour un cessez-le-feu est qu'Israël cesse les assassinats à Gaza est en Cisjordanie" occupée.

Jeudi, l'Union européenne a appelé à _"_un cessez-le-feu immédiat" et Washington a exhorté toutes les parties à "faire en sorte d'éviter la mort de civils et que [...] la violence baisse".

Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres a dit suivre "avec une grande inquiétude la dangereuse escalade" de la violence.

La bande de Gaza, territoire exigu miné par la pauvreté et le chômage où vivent 2,3 millions de Palestiniens, est soumis à un blocus israélien depuis la prise de contrôle du mouvement islamiste Hamas en 2007.

Le territoire a été le théâtre de plusieurs guerres avec Israël depuis 2008.

PUBLICITÉ

En août 2022, trois jours d'affrontements entre Israël et le Jihad islamique avaient causé la mort de 49 Palestiniens, dont au moins 19 enfants d'après l'ONU. Plus d'un millier de roquettes avaient été tirées de Gaza vers Israël, faisant trois blessés.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Bande Gaza : près de 300 corps exhumés dans des fosses communes à Khan Younès

Un rapport sur l'UNRWA indique qu'Israël n'a fourni aucune preuve de liens "terroristes"

Le chef du renseignement militaire israélien démissionne suite à l'attaque du Hamas le 7 octobre