A Berlin, Volodymyr Zelensky reçoit le soutien indéfectible de l'Allemagne

Volodymyr Zelinsky accueilli à Berlin par Olaf Scholz
Volodymyr Zelinsky accueilli à Berlin par Olaf Scholz Tous droits réservés Matthias Schrader/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
Tous droits réservés Matthias Schrader/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
Par euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky, en visite à Berlin, a salué dimanche le soutien apporté par l'Allemagne, qu'il a qualifiée de "véritable amie" et d'"alliée fiable" après l'annonce d'une nouvelle livraison d'armes pour soutenir la contre-offensive.

PUBLICITÉ

Dans une capitale allemande hautement sécurisée, Volodymyr Zelensky a été reçu par le chancelier allemand Olaf Scholz, avec les honneurs militaires, dimanche matin.

Après des mois d'agacement ukrainien devant les atermoiements du gouvernement allemand à livrer les armes réclamées par Kiev, l'heure est désormais à l'harmonie entre les deux pays.

"Je tiens à vous remercier sincèrement, Olaf, ainsi que l'ensemble du peuple allemand, pour chaque vie ukrainienne sauvée grâce à votre soutien", a ainsi lancé le dirigeant ukrainien, en sweat noir et pantalon kaki, à M. Scholz lors d'une conférence de presse conjointe.

"Aussi longtemps que nécessaire"

Celui-ci lui a en retour assuré que Berlin le "soutiendrait aussi longtemps que nécessaire", soulignant que l'engagement de Berlin en faveur de Kiev, armement compris, s'élevait jusqu'ici à 17 milliards d'euros.

Les deux dirigeants devaient dans la foulée gagner Aix-la-Chapelle (ouest), où M. Zelensky doit recevoir dans l'après-midi le prix Charlemagne, une distinction récompensant un engagement en faveur de l'unification européenne.

"Pour la première fois dans sa longue histoire, le prix Charlemagne reconnaît avec cette récompense que la liberté et les principes fondamentaux de l'Europe doivent, si nécessaire, être défendus par la force", a souligné cette semaine le directeur du comité organisant le prix, Jürgen Linden, dans le quotidien allemand Tagesspiegel.

M. Zelensky, qui assure ne "pas attaquer le territoire russe" et se focaliser sur la libération des territoires occupés, a toutefois demandé au chancelier de soutenir la livraison d'avions de combat, ce que ce dernier a jusqu'ici refusé.

Il s'est aussi montré ouvert à des "discussions" de paix mais "seulement" aux conditions de Kyiv.

Accueilli plus tôt par le chef de l'Etat Franz-Walter Steinmeier, le dirigeant ukrainien a remercié l'Allemagne pour son soutien.

"Dans la période la plus difficile de l'histoire moderne de l'Ukraine, l'Allemagne s'est révélée être notre véritable amie et notre alliée fiable", a salué le dirigeant dans le livre d'or de la présidence allemande.

A l'occasion de sa venue, le gouvernement allemand a annoncé préparer un nouveau plan d'aide militaire à l'Ukraine de 2,7 milliards d'euros, un montant record depuis le début du conflit selon l'hebdomadaire Der Spiegel.

M. Zelensky et son ministre des Affaires étrangères Dmytro Kouleba ont participé à une réunion avec plusieurs ministres allemands, dont la chef de la diplomatie Annalena Baerbock.

Les relations entre Kiev et Berlin à propos de l'aide militaire ont longtemps été tendues, l'Allemagne se voyant reprocher d'être trop timorée. Mais elle a accéléré son soutien ces derniers mois.

Après Rome et le Vatican la veille, c'est le premier déplacement du président ukrainien en Allemagne depuis le début du conflit.

Ce déplacement intervient en pleins préparatifs en vue d'une offensive de l'armée ukrainienne, alors que Kyiv et Moscou revendiquent tous deux des succès dans et autour de Bakhmout, dans la région du Donbass (est).

Le nouveau paquet d'aide allemand inclut notamment des dizaines de chars, blindés, drones de surveillance et quatre nouveaux systèmes de défense antiaériens Iris-T.

"Tabou"

"Il est dommage que la plupart des systèmes de défense promis soient anciens, a regretté l'ancien ambassadeur ukrainien en Allemagne, sur la chaîne de télévision Welt TV, appelant à briser le "tabou" de la livraison d'avions de combat.

Jeudi sur la BBC, M. Zelensky avait expliqué avoir "encore besoin d'un peu de temps supplémentaire" pour l'offensive de printemps.

PUBLICITÉ

Il s'agit pour Kyiv de tenter de reprendre du terrain dans les régions de Donetsk et de Lougansk (est) ainsi que de Kherson et de Zaporijjia (sud) dont Moscou a revendiqué l'annexion.

Dimanche, le chef du groupe paramilitaire russe Wagner, Evguéni Prigojine, a une nouvelle fois pointé du doigt l'inaction de l'armée régulière russe autour de Bakhmout, épicentre des combats.

Dans un poste publié par son service de presse, M. Prigojine, en conflit ouvert avec la hiérarchie russe, a accusé "les forces aéroportées" de ne pas appuyer ses hommes comme le ministère de la Défense le prétend.

Visite surprise à Paris

Après Rome et Berlin, le président ukrainien Volodymyr Zelensky est attendu à Paris ce dimanche en fin de journée. Il s'agit de la deuxième visite du chef de l'Etat ukrainien à Paris depuis le début de l'offensive russe dans son pays en février 2022. Emmanuel Macron l'avait déjà reçu le 8 février à l'Elysée, au côté du chancelier allemand Olaf Scholz.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

En Europe, Zelensky reçoit plus d'armes, des honneurs, mais pas d'avions de combat

Cologne : évacuation d'urgence après la découverte d'une bombe de 500 kg

"L'intégration européenne doit se poursuivre", selon le vice-chancelier allemand Robert Habeck