EventsÉvènementsPodcast
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Élections en Turquie : comment la diaspora a-t-elle voté ?

Des partisans de Recep Tayyip Erdogan le soir du premier tour de l'élection.
Des partisans de Recep Tayyip Erdogan le soir du premier tour de l'élection. Tous droits réservés OZAN KOSE/AFP or licensors
Tous droits réservés OZAN KOSE/AFP or licensors
Par Joshua Askew
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Le président turc a pris la tête du premier tour à l'issue du scrutin du dimanche 14 mai. Mais comment a voté l'importante diaspora européenne du pays ?

PUBLICITÉ

Malgré des sondages qui le donnaient en tête, Kemal Kılıçdaroğlu - le principal rival de Recep Tayyip Erdoğan - a obtenu environ 45 % des voix, contre 49 % pour le président sortant, soit un point de moins que le seuil nécessaire pour remporter la course en un seul tour.

Les votes des 5 millions de personnes d'origine turque vivant en Europe ont eu un impact sur les résultats, chaque politicien ayant ses bastions régionaux. Environ 3,4 millions d'entre eux sont inscrits sur les listes électorales à l'étranger, contre 64 millions en Turquie.

Dans certains pays, comme les États baltes et le Belarus, les bureaux de vote pour les citoyens turcs ont été tout juste ouverts, propageant les rivalités politiques dans de nouveaux territoires.

Mais dans l'ensemble, les résultats ont été conformes aux attentes : "Il n'y a pas eu beaucoup de surprises dans le vote de la diaspora", a déclaré à Euronews Paul Levin, directeur de l'Institut d'études turques de l'Université de Stockholm. "Erdogan est resté fort en Allemagne et en France, comme en 2018".

Un vote massif pour Erdogan en Allemagne et en France

En Allemagne, où réside la plus grande diaspora turque, plus de 700 000 votes ont été exprimés. Environ les deux-tiers étaient pour Erdogan (462 000), un tiers pour Kılıçdaroğlu (230 000) et 1 % pour Sinan Oğan, leader du parti ultranationaliste MHP (9 000).

"Les Allemands d'origine turque continuent de voter à gauche lors des élections allemandes, mais conservateurs chez eux", analyse M. Levin.

En France, où se trouve la deuxième plus grande diaspora turque, Erdoğan s'est également taillé la part du lion (64 %), même si cela n'a pas empêché quelques tensions : au début du mois, des rixes ont éclaté entre Turcs dans des bureaux de vote et des policiers ont eu recours à des gaz lacrymogènes.

"Dans l'ensemble, Erdogan obtient de bons résultats dans le vote étranger, qui reste donc important pour lui, en particulier lors d'élections serrées", estime Paul Levin.

Le vote de la diaspora turque

Kılıçdaroğlu domine au Royaume-Uni, dans le Sud et dans l'Est de l'Europe

Cependant, les résultats à travers l'Europe ont été polarisés avec Kılıçdaroğlu dominant au Royaume-Uni, en Europe du Sud et de l'Est, en Finlande, en Suède et dans les Balkans.

  • Royaume-Uni

Au Royaume-Uni, Erdoğan n'a obtenu que 18 % des voix, les Chypriotes turcs et les Kurdes - dont beaucoup ont fui la guerre et la violence - constituant la majorité de cette communauté.

Au total, 64 000 voix ont été exprimées dans les bureaux de vote de Londres, Manchester, Leicester et Édimbourg. Cela représente environ la moitié des 127 000 Turcs britanniques ayant le droit de vote.

  • Pologne et pays baltes

Le leader du CHP a obtenu 80 % des voix en Lituanie, où une petite communauté de Turcs votait pour la première fois. Les immigrés turcs en Lituanie ont tendance à être plus jeunes, à avoir fait des études universitaires et à soutenir davantage l'opposition, par rapport aux communautés turques plus établies dans d'autres parties de l'Europe.

Les nouvelles communautés d'immigrés turcs en Pologne et en Estonie ont voté massivement en faveur de l'opposition, à respectivement 85 % et 91 %.

  • Suède

En Suède, la répartition est plus équilibrée : 53 % des électeurs ont voté pour Kılıçdaroğlu et 44 % pour Erdogan.

Le président turc "a obtenu presque exactement la même part de voix en Suède que lors des dernières élections", a déclaré M. Levin.

La présence des opposants politiques d'Erdoğan dans le pays a posé des problèmes à Stockholm, créant un fossé avec Ankara et contribuant à faire échouer sa candidature à l'OTAN.

Les facteurs déterminants du vote de la diaspora

Lors d'un entretien avec Euronews la semaine dernière, un observateur du vote, Onur Can Varoğlu, a déclaré : "La politique turque est comme le football, vous êtes né avec votre équipe et vous la soutiendrez quoi qu'il arrive".

"Cela n'a pas d'importance si vous venez en Europe. Si vous venez d'un milieu nationaliste, islamiste ou d'un milieu d'immigrés plus pro-européen, vous apportez ces valeurs avec vous", a-t-il ajouté, suggérant que les valeurs familiales étaient en fin de compte à l'origine du vote des Turcs.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Les Turcs de l'étranger finissent de voter pour le second tour de l'élection présidentielle

Le Conseil de l'Europe n'a rien à voir avec l'Union européenne. Explications

Ankara et Athènes veulent surmonter leurs différends