La démocratie se détériore en Hongrie sous Viktor Orban selon un rapport

Le Premier ministre hongrois Viktor Orban donne une conférence de presse dans le monastère de Karmelita qui abrite le bureau du Premier ministre à Budapest, le 6 avril 2022.
Le Premier ministre hongrois Viktor Orban donne une conférence de presse dans le monastère de Karmelita qui abrite le bureau du Premier ministre à Budapest, le 6 avril 2022. Tous droits réservés ATTILA KISBENEDEK/AFP or licensors
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

La Hongrie fait l'objet d'une surveillance accrue en raison de la montée de l'extrême droite et des pratiques antidémocratiques sous le gouvernement de Viktor Orban.

PUBLICITÉ

Selon un de l'organisme de recherche américainFreedom House sur l'état de la démocratie en Europe de l'Est publié mercredi, la démocratie s'est encore détériorée l'année dernière en Hongrie sous la direction du Premier ministre Viktor Orban.

Le rapport de l'organisation financée par le gouvernement américain mais gérée de manière indépendante, souligne que le score de la Hongrie s'est détérioré plus que celui de tout autre pays de la région, à l'exception de la Russie.

La Hongrie atteint un "score" démocratique de 43 %, contre 45 % l'année précédente, selon le rapport.

Le rapport dénonce en particulier le déroulement des dernières élections législatives, qui ont été entachées "d'irrégularités, d'abus de ressources administratives et de distorsions dans les médias", ainsi que "l'intolérance croissante du régime Orban à l'égard des voix dissidentes".

Depuis son retour au pouvoir en 2010, le dirigeant nationaliste hongrois a progressivement réduit les contrôles et les équilibres dans les médias et le système judiciaire, s'attirant régulièrement les critiques de l'Union européenne.

La Hongrie a récemment accueilli la version européenne de l'événement politique de droite le plus important aux États-Unis, connu sous le nom de Conservative Political Action Conference (Conférence d'action politique conservatrice), consolidant ainsi son rôle, parmi les têtes d'affiches de l'extrême droite mondiale.

Lors de cette conférence, M. Orban s'est attaqué au "soi-disant programme de la gauche", dénonçant les droits des personnes LGBTQ+, l'immigration et le contenu de l'éducation pour les enfants.

Le Premier ministre hongrois a également opposé son veto à une loi anti-LGBTQ+ au début de l'année, ce qui a conduit l'UE à intenter une action en justice soutenue par les gouvernements de 15 États membres de l'Union.

Le rapport compare la chute de la Hongrie à celle de la Pologne, soulignant le "mépris du parti au pouvoir pour la démocratie libérale".

Un rapport publié par l'Institut international pour la démocratie et l'assistance électorale (IDEA) en novembre dernier soulignait la "démocratie chancelante" de la Pologne en raison de la réduction de l'indépendance des médias et du système judiciaire sous l'influence du gouvernement au pouvoir.

Toutefois, le récent rapport de Freedom House a salué l'accueil massif par la Pologne des Ukrainiens qui ont fui la guerre provoquée par la Russie, ce qui a permis de maintenir la note du pays à 59 %.

La Russie de Vladimir Poutine est passée de 5 % de démocratie à 2 %, en citant l'autoritarisme croissant et l'invasion de l'Ukraine comme raisons principales.

L'Estonie a le taux de démocratie le plus élevé de la région, avec 83 %, suivie de près par la Lettonie, la Slovénie, la Lituanie et la République tchèque, selon le rapport.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

En Roumanie, Viktor Orban critique "les échanges de populations" dans l'UE

Hongrie : une librairie condamnée à une amende record pour la vente d'un livre au contenu LGBT

Hongrie : l'opposition appelle à des élections anticipées en cas de victoire aux européennes