EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Après son inculpation, Donald Trump à l'assaut du "ministère de l'Injustice"

L'ancien président américain Donald Trump s'exprime au club de golf de Bedminster, près de New York, mardi 13 juin 2023.
L'ancien président américain Donald Trump s'exprime au club de golf de Bedminster, près de New York, mardi 13 juin 2023. Tous droits réservés Mary Altaffer/Copyright 2023 The AP. All rights reserved.
Tous droits réservés Mary Altaffer/Copyright 2023 The AP. All rights reserved.
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Poursuivi pour sa gestion négligente de secrets d'Etat après son départ de la Maison Blanche, Donald Trump se dit victime d’"abus de pouvoir".

PUBLICITÉ

Il le qualifiait déjà de "monstre méchant". Depuis son inculpation, Donald Trump a encore accentué ses attaques contre le ministère de la Justice, au risque de miner la confiance des Américains envers l'Etat de droit.

Accusé d'avoir conservé illégalement des secrets de la Maison Blanche, le milliardaire de 76 ans est le premier ex-président américain poursuivi par la justice fédérale. Le républicain est aussi le principal rival pour l'élection de 2024 de son successeur démocrate Joe Biden.

"Ca met le pays dans une situation très risquée", souligne Edward Foley, professeur à l'université de l'Ohio.

Pour cet expert en droit électoral, il y a une tension "inévitable" entre deux principes démocratiques de base : "personne n'est au-dessus de la loi" et "le gouvernement ne doit pas utiliser son pouvoir contre ses opposants".

Pour éviter cet écueil, le ministre de la Justice Merrick Garland, qui supervise l'appareil judiciaire fédéral, a pris soin de confier le dossier à un procureur spécial connu pour sa rigueur, Jack Smith, et le président Biden se garde de tout commentaire.

Malgré tout, Donald Trump se pose en victime d'un "ministère de l'Injustice", "corrompu" et à la solde "de la gauche radicale".

"Quand on fait arrêter son principal opposant politique, nous ne sommes plus en démocratie", a-t-il répété mardi soir lors d'un discours devant ses partisans.

Comme lors de sa croisade contre sa défaite à la présidentielle de 2020, ses griefs font mouche auprès de sa base électorale : selon un sondage You Gov, 76% des électeurs républicains jugent que les poursuites contre Donald Trump sont "motivées par la politique".

"Du Trump classique"

"C'est du Trump classique", relève Thomas Holbrook, professeur de sciences politiques à l'Université du Wisconsin. "Ca l'aide à rallier ses partisans", à lever des fonds et à détourner l'attention des accusations lourdes proférées contre lui.

Au passage, ce pilonnage "érode la confiance du public dans la neutralité du ministère de la Justice et du FBI", regrette Shirley Anne Warshaw, une politologue qui a écrit de nombreux ouvrages sur les présidents américains.

Pour elle, l'impact reste toutefois limité. "Le ministère perd seulement le soutien des partisans de Trump", dit-elle. "La plupart des Américains pensent que Trump n'aurait pas dû emporter ces documents et les garder dans son aire de jeu de Mar-a-Lago".

Thomas Holbrook pense même que la gauche américaine, très critique envers les tribunaux depuis leur remaniement par Donald Trump, pourrait être rassurée par ces poursuites.

"Ce qui fera la différence" à terme ne sera pas l'attitude de Donald Trump, qui "continuera à proférer ses accusations", mais celle "des élites républicaines", estime pour sa part Mary Stuckey, professeure de communication à l'Université Penn.

Certaines figures ont pris leur distance avec l'ex-président. Bill Barr, qui fut son ministre de la Justice, a ainsi qualifié l'acte d'accusation d'"accablant". "Si rien que la moitié de tout cela est vrai, alors (Trump) est grillé", a-t-il dit dimanche.

"Fanatiques"

Ces voix restent pour l'instant isolées dans le parti. Au contraire, les plus fidèles alliés de Donald Trump multiplient les propos incendiaires.

La candidate malheureuse au poste de gouverneure d'Arizona, Kari Lake, a ainsi souligné que les supporteurs de Donald Trump avaient leur "carte de membre de la NRA", le puissant lobby des armes. L'élu Andy Biggs a évoqué "une situation de guerre".

Ces propos font craindre un nouveau déferlement de violences, comme lorsque des centaines des partisans de l'ex-président s'étaient lancés à l'assaut du Capitole le 6 janvier 2021 pour tenter de bloquer la certification de la victoire de Joe Biden.

"Donald Trump a une base de fanatiques qui feraient n'importe quoi pour le protéger", estime Shirley Anne Warshaw.

PUBLICITÉ

"Les forces de l'ordre sont très conscientes du risque d'action violente", relève pour sa part Mary Stuckey, en référence à l'important dispositif policier déployé à Miami, autour du tribunal fédéral où le magnat de l'immobilier a comparu mardi.

Grâce à leur vigilance, "on arrivera peut-être à éviter la violence à court-terme", espère-t-elle. "Mais il ne fait aucun doute que Trump continuera à pousser ses partisans à agir."

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le fils de Joe Biden plaide coupable

Trump, inculpé, fustige le système judiciaire américain face à ses partisans

Trump accusé d'avoir mis les Etats-Unis en danger en conservant des documents top secret