PUBLICITÉ

Trump accusé d'avoir mis les Etats-Unis en danger en conservant des documents top secret

Donald Trump à Des Moines, Iowa, le 1er juin 2023, Etats-Unis
Donald Trump à Des Moines, Iowa, le 1er juin 2023, Etats-Unis Tous droits réservés Charlie Neibergall/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
Tous droits réservés Charlie Neibergall/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

"Les lois sont les mêmes pour tous", a déclaré le procureur spécial chargé de l'enquête, Jack Smith, en révélant l'acte d'accusation historique visant Donald Trump.

PUBLICITÉ

Donald Trump a mis les Etats-Unis en péril en conservant des documents confidentiels, y compris des secrets militaires et nucléaires, après son départ de la Maison Blanche, selon un acte d'accusation historique rendu public vendredi.

Aux Etats-Unis, "les lois sont les mêmes pour tous", a déclaré le procureur spécial chargé de l'enquête, Jack Smith, en révélant ce document lors d'une brève allocution télévisée.

Celles qui "protègent les informations liées à la défense nationale sont essentielles" et "les violer met notre pays en danger", a-t-il asséné, en demandant un "procès rapide" pour le milliardaire républicain.

"Ce n'est plus l'Amérique !"

Donald Trump avait annoncé jeudi qu'il avait été inculpé par la justice fédérale pour sa gestion des archives de la Maison Blanche, une première pour un ancien président, et qu'il était convoqué mardi devant un tribunal de Miami.

"Je suis innocent", avait-il clamé, en se présentant comme victime d'une machination orchestrée par ses adversaires démocrates pour lui barrer la route vers la Maison Blanche, qu'il espère reconquérir en 2024.

L'acte d'inculpation, rendu public vendredi, comporte 37 chefs d'accusation, dont "rétention illégale d'informations portant sur la sécurité nationale", "entrave à la justice" et "faux témoignage".

"Ce n'est plus l'Amérique!", a commenté Donald Trump sur son réseau Truth Social, en assurant n'avoir "jamais rien eu à cacher".

Stockés dans les toilettes

Aux Etats-Unis, une loi oblige les présidents à transmettre tous leurs emails, lettres et autres documents de travail aux Archives nationales. Une autre, sur l'espionnage, interdit de conserver des secrets d'Etat dans des lieux non autorisés et non sécurisés.

En janvier 2021, quand il avait quitté la Maison Blanche pour s'installer dans sa luxueuse résidence Mar-a-Lago, en Floride, Donald Trump avait pourtant emporté des dizaines de cartons emplis de dossiers.

D'après l'acte d'accusation, ils étaient restés empilés sur la scène d'une "salle de bal", avant d'être transportés dans un "débarras" accessible de la piscine, où certains documents marqués de la mention "secret défense" avaient été vus étalés sur le sol.

Une photo reproduite dans ce document montre des piles de boîtes derrière des toilettes dans une grande salle de bain.

11 000 documents, dont certains portant sur la sécurité nationale

En janvier 2022, après plusieurs relances, il avait accepté de restituer 15 boîtes contenant près de 200 documents classifiés.

La police fédérale avait toutefois estimé qu'il n'avait pas tout rendu et en conservait encore beaucoup dans son club à Palm Beach. En mai, une assignation à produire les documents manquants avait été adressée à Donald Trump.

Ses avocats avaient restitué 38 documents supplémentaires. Toujours convaincus qu'il en manquait, des agents du FBI avaient effectué une perquisition spectaculaire à Mar-a-Lago le 8 août et avaient saisi une trentaine d'autres boîtes, contenant 11 000 documents.

D'après l'acte d'accusation, ces derniers "incluaient des informations sur les capacités de défense des Etats-Unis et de pays étrangers", "sur les programmes nucléaires" américains et "sur les vulnérabilités potentielles en cas d'attaque contre les Etats-Unis et leurs alliés".

Enquête sur Joe Biden, qui a coopéré

Outre Donald Trump, l'acte d'accusation concerne son ancien assistant personnel, Walt Nauta, accusé d'avoir déplacé, à la demande de son patron, des cartons pour les dissimuler.

Un autre procureur spécial enquête en parallèle sur des documents classés confidentiels retrouvés en début d'année dans un ancien bureau et au domicile du président démocrate Joe Biden par ses avocats.

Ces trouvailles embarrassantes, ainsi que d'autres chez l'ex-vice-président Mike Pence, ont permis à Donald Trump de minimiser la gravité de sa conduite, même si Joe Biden a toujours coopéré avec la justice, restituant de son plein gré les documents, en nombre bien moindre.

PUBLICITÉ

Soucieux de ne pas alimenter les accusations de "persécution politique", le président démocrate, qui briguera aussi un second mandat en 2024, a assuré vendredi ne "pas avoir parlé" du dossier avec son ministre de la Justice, Merrick Garland, et n'avoir "pas de commentaire".

De leur côté, les républicains serrent les rangs autour de Donald Trump, y compris ses rivaux à l'investiture du parti pour la présidentielle, qu'il devance largement.

La même solidarité s'était manifestée en avril, quand la justice de l'Etat de New York l'avait elle aussi inculpé, pour fraudes comptables cette fois, dans le cadre d'un paiement en 2016 à une actrice de films X pour qu'elle taise une liaison présumée.

Et le procureur Jack Smith, qui a au cours de sa carrière notamment poursuivi des auteurs de crimes de guerre au Kosovo, enquête toujours sur le rôle de Donald Trump dans l'assaut contre le Capitole le 6 janvier 2021.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Après son inculpation, Donald Trump à l'assaut du "ministère de l'Injustice"

Ron DeSantis officiellement candidat à la Maison Blanche

Mike Pence : "Je crois que l'Amérique est le leader du monde libre"