PUBLICITÉ

Rétractation de Takieddine : Nicolas Sarkozy entendu et perquisitionné

Nicolas Sarkozy auditionné et perquisitionné le mardi 13 juin 2023.
Nicolas Sarkozy auditionné et perquisitionné le mardi 13 juin 2023. Tous droits réservés Jacques Brinon/AP
Tous droits réservés Jacques Brinon/AP
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L'ancien président français est soupçonné de subornation du témoin-clé Ziad Takieddine dans le cadre de l’enquête sur le financement libyen présumé de sa campagne présidentielle de 2007.

PUBLICITÉ

Menacé d'un procès pour le possible financement libyen de sa campagne présidentielle 2007, Nicolas Sarkozy a été entendu en audition libre puis perquisitionné mardi dans l'enquête incidente sur des soupçons de subornation du témoin-clé Ziad Takieddine.

Sa femme, Carla Bruni-Sarkozy, a aussi été entendue.

Le couple Sarkozy est arrivé discrètement à l'Oclciff (Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales), à Nanterre, mardi matin, devant lequel étaient présents des journalistes de l'AFP.

Vers 14h30, M. Sarkozy a rejoint en voiture son domicile dans une impasse privée du XVIe arrondissement parisien pour faire l'objet d'une perquisition, suivi d'une demi-douzaine d'enquêteurs, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Selon l'analyse qui sera faite de ses déclarations et des éléments à charge et à décharge, M. Sarkozy pourrait être mis hors de cause, mais il pourrait aussi faire l'objet d'une convocation en vue d'une mise en examen.

L'affaire a explosé en novembre 2020 lorsque Ziad Takieddine, principal témoin à charge contre Nicolas Sarkozy depuis 2012, avait opéré une spectaculaire volte-face en dédouanant l'ancien chef de l'Etat dans une vidéo.

En fuite au Liban, pour échapper à sa condamnation dans l'affaire Karachi, M. Takieddine était finalement revenu sur ses propos deux mois plus tard devant les magistrats instructeurs.

"Zébulon"

Le PNF a ouvert en mai 2021 une information judiciaire sur ces faits, avant une première vague d'interpellations le mois suivant, qui a notamment concerné la "reine des paparazzis" Mimi Marchand.

Au gré des auditions et des éléments réunis par l'enquête, la justice soupçonne à ce jour au moins huit protagonistes d'avoir participé, avec l'éventuel aval de l'ex-chef de l'Etat, à une opération pour que le sulfureux intermédiaire retire ses accusations, pour un coût récemment estimé à au moins 608 000 euros par les enquêteurs.

L'argent, essentiellement mobilisé par le financier Pierre Reynaud, récemment décédé, a été reversé à différents protagonistes présumés, dont l'intermédiaire Noël Dubus, déjà condamné pour escroquerie, mais aussi un publicitaire, à Ziad Takieddine et à un Libanais proche de ce dernier.

Début mars, le PNF a élargi l'information judiciaire à des faits de "recel de subornation de témoin", une qualification qui pourrait correspondre au rôle de Nicolas Sarkozy tel qu'il apparaît dans certaines déclarations des protagonistes dans l'enquête.

Au cours de l'enquête sur cette "affaire d'une gravité majeure", selon le mot du juge d'instruction dans une ordonnance de fin 2021, plusieurs protagonistes ont assuré que Nicolas Sarkozy suivait l'opération de près avant même sa révélation publique, des déclarations qui semblent corroborées par des échanges téléphoniques.

Le juge, lui-même, évoque dans un PV d'investigation d'août 2022 des "comptes-rendus de l'opération" qui auraient été faits par Michèle (Mimi) Marchand à "Zébulon", surnom attribué à Nicolas Sarkozy.

De son côté, Noël Dubus a déclaré que l'ex-chef de l'Etat s'était dit "très content" de la fameuse interview de novembre 2020 avant même la diffusion publique de celle-ci, ou encore qu'il avait "validé l'idée" une étape-clé ultérieure de cette rétractation.

D'après des éléments de l'enquête, Carla Bruni-Sarkozy a elle été entendue mardi comme témoin simple notamment car "Mimi" Marchand a argué de rencontres avec son amie la chanteuse et épouse de Nicolas Sarkozy pour justifier de déplacements au domicile du chef de l'Etat à des moments-clés de l'opération.

Enfin, l'avocat de longue date de Nicolas Sarkozy, Thierry Herzog, a également été entendu comme suspect libre dans ce dossier fin mai, selon la source proche du dossier confirmée par la source judiciaire.

Concernant l'enquête principale sur les soupçons de financement libyen de sa campagne présidentielle 2007, le PNF a requis en mai le renvoi en correctionnelle de treize personnes, dont Nicolas Sarkozy. La décision finale appartient à la juge d'instruction chargée de ce dossier.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Affaire des écoutes : Nicolas Sarkozy condamné en appel à trois ans de prison, dont un an ferme

France : "Je n'ai jamais corrompu qui que ce soit", réaffirme Nicolas Sarkozy à son procès en appel

Affaire Bygmalion : six mois ferme pour Nicolas Sarkozy en appel