PUBLICITÉ

"Partygate" : les députés britanniques valident le rapport accablant contre Boris Johnson

L'ex-Premier Ministre Boris Johnson
L'ex-Premier Ministre Boris Johnson Tous droits réservés Justin Tallis/AP
Tous droits réservés Justin Tallis/AP
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Au Royaume-Uni, les élus de la chambre des Communes ont approuvé lundi le rapport accablant qui a conclu que l'ex-Premier ministre Boris Johnson avait menti dans l'affaire du "partygate". Il sera désormais privé de son badge d'accès aux locaux du Parlement.

PUBLICITÉ

Clap de fin pour Boris Johnson à Westminster. Les députés britanniques ont interdit l'ancien Premier Ministre d'accès au Parlement en validant un rapport accablant sur ses agissements pendant la pandémie de COVID-19.

Avec 354 voix pour, et seulement 7 contre, le rapport a été largement approuvé par la chambre des Communes, qui compte au total 650 élus.

Reconnu coupable d'avoir menti à plusieurs reprises aux députés, Boris Johnson se retrouve privé de son badge d'accès aux locaux du Parlement, dont disposent habituellement les anciens Premiers ministres. Le rapport publié jeudi avait également recommandé sa suspension de 90 jours du Parlement, mais l'ancien dirigeant avait remis son mandat de député peu après avoir obtenu les conclusions du document.

Selon la presse britannique, l'ex-Premier ministre avait appelé ses partisans à s'abstenir plutôt que de s'opposer au rapport. Le Premier ministre Rishi Sunak, dont la rivalité avec Boris Johnson s'affiche plus que jamais au grand jour, ne s'est pas présenté au débat, affirmant ne pas vouloir "influencer" le vote.

Cette énième péripétie autour du "partygate" se produit au moment où lutter contre l'inflation et la hausse des taux d'intérêt qui fait flamber les crédits immobiliers. Au plus bas dans les sondages face à l'opposition travailliste, le parti, au pouvoir depuis 13 ans, va affronter en mauvaise posture quatre élections partielles dans les prochains mois.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Royaume-Uni : Boris Johnson attaqué par ses anciens conseillers pour sa gestion du Covid-19

Boris Johnson renonce à un éventuel retour à Downing Street

No comment : Marc Quinn expose ses oeuvres à Kew Gardens