EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Sous-marin disparu : les garde-côtes américains confirment avoir détecté des "bruits sous l'eau"

Une course contre-la-montre est engagée pour retrouver le submersible Titan et ses cinq occupants
Une course contre-la-montre est engagée pour retrouver le submersible Titan et ses cinq occupants Tous droits réservés AP/AP
Tous droits réservés AP/AP
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les Etats-Unis, aidés par le Canada et la France, sont dans une course contre la montre pour retrouver vivants cinq passagers à bord de ce submersible dans lequel il ne reste que quelques heures d'oxygène.

PUBLICITÉ

Un sonar a capté des "bruits sous l'eau" pendant les opérations de recherche, dans l'Atlantique nord, du sous-marin disparu avec cinq personnes à bord près de l'épave du Titanic, ont confirmé mercredi les garde-côtes américains.

"Des avions P-3 canadiens ont détecté des bruits sous l'eau dans la zone de recherche. En conséquence, les opérations ROV (véhicule télécommandé, NDLR) ont été déplacées pour tenter d'explorer l'origine des bruits", a annoncé le premier district des garde-côtes américains sur son compte Twitter officiel. Les recherches par ROV ont donné des résultats négatifs mais se poursuivent", a-t-il ajouté.

Moins de deux jours d'oxygène

Les Etats-Unis, aidés par le Canada et la France, sont dans une course contre la montre pour retrouver vivants cinq passagers, dont un Français et un Britannique, de ce submersible parti visiter l'épave du Titanic à 4 000 mètres de profondeur dans l'Atlantique nord.

Il reste "environ 40 heures d'air respirable" dans ce petit sous-marin, le Titan, a prévenu mardi un capitaine des garde-côtes américains.

Parmi les personnes à sauver, un homme d'affaires britannique, Hamish Harding, 58 ans, qui avait annoncé dimanche sur Instagram sa participation à cette excursion scientifique de l'extrême, hors du commun et chargée d'histoire.

L'ancien officier de marine Paul-Henri Nargeolet, 77 ans, spécialiste français de l'épave du Titanic, est aussi du voyage, selon sa famille.

Également à bord pour cette plongée à 250 000 dollars la place, un magnat pakistanais Shahzada Dawood, 48 ans, vice-président du conglomérat Engro, embarqué avec son fils Suleman, 19 ans, selon la famille de cette grande fortune qui a confirmé que "le contact (avait) été perdu" depuis dimanche.

Conçu pour emmener cinq personnes dans les abysses, long d'environ 6,50 mètres, le Titan a entamé sa descente dimanche et le contact avec l'engin a été perdu moins de deux heures après son départ, selon les autorités.

Les garde-côtes américains ont alors dépêché deux avions dans la zone de recherches dans l'Atlantique nord, et leurs homologues canadiens ont mobilisé un avion et un navire. La France a annoncé mardi que l'Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer (Ifremer) dépêchait aussi un bateau et son robot.

Les recherches, en surface et sous l'eau, s'étendent sur "environ 1 450 km à l'est de Cape Cod, à une profondeur d'environ 4 000 m".

Un porte-parole d'OceanGate Expeditions, l'organisateur du voyage et dont le patron américain Stockton Rush pourrait être aussi à bord selon des média.

La mort mentionnée trois fois

Le scénariste américain Mike Reiss, producteur de la célèbre série "Les Simpsons", est déjà parti trois fois avec OceanGate dont une fois en 2022 à bord du même submersible que celui qui a disparu. Une expérience totalement déroutante selon lui.

"On perd presque toujours la communication et on se retrouve à la merci des éléments et ce genre de trucs", a-t-il raconté à la BBC.

D'après lui, chacun est parfaitement conscient des dangers encourus : "Il faut signer une décharge avant de monter et la mort est mentionnée à trois reprises en page une. Ce ne sont pas des vacances en autocar, ça peut mal tourner".

Une fois arrivé au fond, "la boussole a immédiatement cessé de fonctionner et ne faisait que tourner. Nous avons dû nous débattre à l'aveugle au fond de l'océan, sachant que le Titanic était quelque part là-bas", a-t-il encore décrit.

Deux théories

Sans avoir étudié l'engin lui-même, Alistair Greig, professeur d'ingénierie marine au University College London, a évoqué deux théories possibles sur la base des images de l'appareil publiées par la presse.

Il estime que s'il a eu un problème d'électricité ou de communication, il pourrait être remonté à la surface, flottant "en attendant d'être retrouvé".

"Un autre scénario est que la coque a été endommagée. Alors le pronostic n'est pas bon", a-t-il estimé. Et "très peu de vaisseaux peuvent aller" à la profondeur à laquelle il pourrait avoir coulé, selon lui.

PUBLICITÉ

Parti de Southampton le 10 avril 1912 pour rejoindre New York, le Titanic, plus grand paquebot du monde au moment de sa mise à l'eau, a fait naufrage après avoir percuté un iceberg cinq jours plus tard. Sur les 2 224 passagers et membres de l'équipage, près de 1 500 ont péri.

L'épave a été découverte en 1985 à 650 kilomètres des côtes canadiennes dans les eaux internationales de l'océan Atlantique.

Depuis, entretenant le mythe, chercheurs de trésors et touristes lui rendent visite.

AFP

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L'interminable attente des familles des disparus en Ukraine

No comment : l'Exposition Titanic à l'ombre de la disparition du Titan

En France, les recherches du petit Emile touchent à leur fin