UE : les morts sur la route à la hausse pour la première fois depuis 10 ans

Some of the 40 cars that collided in dense fog on a highway near the city of Gliwice in southern Poland in 2011.
Some of the 40 cars that collided in dense fog on a highway near the city of Gliwice in southern Poland in 2011. Tous droits réservés Tomasz Dudzinski/www.edytor.net
Par Sudesh Baniya
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Plus de 19 917 personnes ont été tuées dans des accidents de la route à travers l'Union européenne en 2021, selon les derniers chiffres d'Eurostat.

PUBLICITÉ

Les décès routiers dans l'UE ont augmenté de 6 % après une décennie de baisse continue, révèlent les dernières données publiées par Eurostat. Certains pays d'Europe de l'Est ont le plus grand nombre de décès sur les routes par million d'habitants.

Près de 20 000 personnes ont été tuées sur les routes de l'Union en 2021, contre 18 834 en 2020. Cette hausse met un terme à la tendance à la baisse des dernières années.

Diminution par rapport à 2011

Cependant, bien qu'élevés ces chiffres sont en nette diminution par rapport à 2011, année où plus de 28 000 personnes avaient perdu la vie dans des accidents de la route. La France, l'Allemagne et l'Italie, pays dotés de vastes réseaux routiers et d'un grand nombre de véhicules, sont les principaux contributeurs à cette augmentation des chiffres de l'UE.

La Roumanie, la Bulgarie et la Lettonie, pays de l'Est de l'UE, passent sous la barre des 100 décès par million d'habitants mais restent parmi les plus dangereux où conduire Europe. 

Malte tout en haut du classement

À l'inverse, Malte enregistre un chiffre remarquablement bas avec seulement 17 victimes de la circulation routière par million d'habitants. Seules la Norvège (15 décès) font mieux que cette petite île méditerranéenne. La Suède et le Danemark affichent également parmi les taux de mortalité les plus bas.

Pour tenter de réduire les décès liés aux accidents de la route, l'Union européenne a dévoilé en mars de cette année un projet de réforme et de normalisation des examens de conduite dans tous les pays membres. Cette proposition prévoit de fixer à 17 ans l'âge légal pour passer le permis de conduire et d'introduire une période probatoire de deux ans pour les nouveaux titulaires de permis.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Les dirigeants de l'UE se mobilisent contre l'attaque de l'Iran contre Israël

La Moldavie prend de nouvelles mesures contre l'ingérence russe à l'approche du référendum sur l'UE

"Une réussite majeure" : Ylva Johansson s'exprime sur le pacte migratoire européen