PUBLICITÉ

Livraisons de bombes à sous-munitions à l'Ukraine : entre désapprobation et silence en Europe

Opération de déminage au Liban d'une bombe à sous-munition (archives 2006)
Opération de déminage au Liban d'une bombe à sous-munition (archives 2006) Tous droits réservés Mohammed Zaatari/AP
Tous droits réservés Mohammed Zaatari/AP
Par euronews avec agences
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Tous les pays de l'UE n'ont pas signé la Convention d'Oslo sur le bannissement des bombes à sous-munitions. C'est le cas de la Grèce, de la Pologne, de l'Estonie, de la Lettonie et de la Roumanie selon un comptage sur un site internet de l'ONU.

PUBLICITÉ

La livraison de bombes à sous-munitions à l'Ukraine, annoncée vendredi par Washington pour combattre la Russie, a rouvert un vieux débat quant aux risques encourus par les populations civiles.

Rapidement, de grandes capitales européennes sont montées au créneau pour se désolidariser de Washington. 

Le porte-parole du gouvernement allemand, Steffen Hebestreit, a commenté dès vendredi la décision américaine.

"Contrairement à la République fédérale d'Allemagne, les États-Unis et l'Ukraine n'ont pas adhéré à la Convention d'Oslo sur les armes à sous-munitions. Nous sommes convaincus que nos amis américains n'ont pas pris cette décision à la légère en décidant de livrer des munitions appropriées", a déclaré le porte-parole allemand. 

Outre-Manche aussi, l'annonce a été accueillie assez froidement. Le Royaume-Uni est opposé à l'utilisation d'armes à sous-munitions, a déclaré samedi le Premier ministre britannique Rishi Sunak au motif que son pays était lui aussi signataire de la Convention d'Oslo.

Margarita Robles, la ministre espagnole de la Défense s'est montrée plus ferme : "L'Espagne, sur la base de l'engagement ferme qu'elle a avec l'Ukraine, a également un engagement ferme que certaines armes et bombes ne peuvent être livrées en aucune circonstance".

Cinq pays européens n'ont pas signé la Convention d'Oslo

Si Paris n'a pas (encore) officiellement réagi, historiquement, la France a toujours été à la pointe du combat contre de ce type d'armes particulièrement décriées.

Un combat partagé par la grande majorité des Etats membres de l'Union européenne. Mais pas de tous.  

Selon le site de l'ONUconsulté par euronews, qui centralise la collecte des pays signataires des traités internationaux, cinq pays de l'UE n'ont pas signé la Convention d'Oslo. Il s'agit de la Grèce, de la Pologne, de l'Estonie, de la Lettonie et de la Roumanie. 

Quoiqu'il en soit le débat devrait s'inviter d'une manière ou d'une autre ausommet de l'Otan des 11 et 12 juillet. Au sein même de l'Alliance, plus des deux-tiers de ses membres se sont engagés à bannir ce types de munitions. 

Dans le monde, plus de 120 pays ont adhéré à la Convention d'Olso qui interdit  l'utilisation des bombes à fragmentation. Tous les signataires ont accepté de ne pas utiliser, produire, transférer ou stocker ces armes et de les éliminer après leur utilisation.

Les États-Unis, la Russie et l'Ukraine font partie des pays qui n'ont pas signé ce traité international.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Guerre en Ukraine : la situation au 10 juillet 2023, carte à l'appui

Polonais et Ukrainiens montrent leur unité en commémorant ensemble les massacres de Volhynie

La présidente géorgienne a mis son veto à la "loi russe", "un sabotage de notre voie européenne"