PUBLICITÉ

Erdogan soutiendra la Suède pour l'Otan si l'UE ouvre "la voix de l'adhésion" à la Turquie

Le président turc lors de la visite de son homologue ukrainien à Ankara, le 8 juillet 2023
Le président turc lors de la visite de son homologue ukrainien à Ankara, le 8 juillet 2023 Tous droits réservés Francisco Seco/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
Tous droits réservés Francisco Seco/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
Par euronews avec agences
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Un pavé dans la marre. Le président turc conditionne son soutien à l'adhésion de la Suède à l'Otan si l'UE ouvre "la voix de l'adhésion" à la Turquie.

PUBLICITÉ

Alors que la Turquie tergiverse depuis des mois pour valider l'adhésion de la Suède à l'Otan, le président turc s'est déclaré prêt à reconsidérer sa position mais sous de nouvelles conditions.

Ankara soutiendra l'adhésion de la Suède à l'Otan si l'Union européenne rouvre les négociations d'adhésion de la Turquie à l'UE, a affirmé lundi Recep Tayyip Erdogan.

"Ouvrez d'abord la voie à l'adhésion de la Turquie à l'Union européenne, et ensuite nous ouvrirons la voie à la Suède", a déclaré le chef de l'Etat turc à la veille de l'ouverture du sommet annuel de l'Otan à Vilnius.

Candidate à l'adhésion à l'UE depuis 1987, la Turquie a dû patienter jusqu'en 2005 date de l'ouverture officielle des négociations avec l'UE.

Mais après les dérives autoritaires du président turc de ces dernières années, la perspective d'adhésion s'est éloignée. Pis les négociations ont été gelées.

Plusieurs événements ont justifié l'arrêt des négociations : il y a d'abord eu l’aggravation du conflit avec les Kurdes depuis le début des années 2010, puis est intervenue la répression des manifestations de la place Taksim en 2013. Enfin, en 2016, la chappe de plomb qui s'est abattue sur la Turquie en 2016 après la tentative de coup d'Etat ratée, a durablement endommagé la relation UE-Turquie.

La question est maintenant de savoir comment l'UE réagira à cette main tendue par le président turc.

"Deux processus distincts"

Olaf Scholz a estimé lundi qu'il n'y avait pas de lien entre les négociations d'adhésion de la Turquie à l'UE et l'entrée de la Suède dans l'Otan, comme l'a revendiqué le président turc Recep Tayyip Erdogan.

"Il ne faut pas la considérer comme un sujet lié", a déclaré le chancelier allemand lors d'une conférence de presse à Berlin, estimant que "rien ne s'oppose à une adhésion de la Suède à l'Otan", à laquelle le président turc fait barrage depuis des mois.

"Les deux processus que sont l'adhésion de nouveaux membres à l'Otan et l'adhésion à l'Union européenne sont des processus distincts. On ne peut pas les lier", a rappelé Dana Spinant, porte-parole adjointe de la Commission européenne.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L'Ukraine "mérite" d'intégrer l'Otan, selon Recep Tayyip Erdogan

La candidature de la Suède à l’OTAN est en bonne voie

Ankara et Athènes veulent surmonter leurs différends