PUBLICITÉ

Le réchauffement climatique pousse les tortues à pondre sur les plages de l'Adriatique

Une tortue caouanne
Une tortue caouanne Tous droits réservés Euronews
Tous droits réservés Euronews
Par Luca Palamara
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Jusqu'ici, la mer Adriatique était une zone de nutrition pour les tortues caouanne. Avec le réchauffement climatique, elles s'aventurent sur les plages italiennes pour pondre leurs oeufs.

PUBLICITÉ

En Italie, sur la côte adriatique, la mer n'est pas réservée aux seuls baigneurs. Les tortues caouanne (Caretta Caretta) vivent dans cette zone depuis longtemps, mais ce n'est que récemment qu'elles ont commencé à utiliser ses plages à des fins spécifiques.

Fin juin, sur une plage de Cervia, une tortue a pondu ses œufs, bien que trop près des transats et des parasols : des biologistes marins sont intervenus.

"Nous avons ramassé 91 œufs, qui avaient été pondus par la tortue femelle et nous les avons déplacés vers un nouveau nid, que nous avons reconstruit exactement comme il était à l'origine. Nous avons positionné les œufs dans le même ordre dans lequel ils étaient posés" explique Andrea Ferrari , de l'Organisation des Tortues de l'Adriatique.

Le nouveau nid est clôturé et gardé par une centaine de bénévoles, qui garantissent sa protection 24 heures sur 24.

La présence des tortues marines dans la mer Adriatique n'est pas récente, mais ces dernières années, elles semblent également apprécier la baignade dans ses eaux en hiver.

"En raison du changement climatique et des eaux de plus en plus chaudes, les tortues ont tendance à rester dans notre mer pendant de plus longues périodes. Historiquement, elles étaient dans ces eaux, car la haute mer Adriatique est une zone de nutrition, mais maintenant elles restent ici même pendant la saison hivernale, plutôt que de migrer vers d'autres eaux plus chaudes, comme elles le faisaient dans le passé" souligne Simone D'Acunto  du Centre pour la protection de l'habitat Cestha.

Ici, on accueille aussi des tortues adultes, souvent échouées ou prisonnières de filets des pêche, et qui souffrent de blessures ou de problèmes pulmonaires. Au moins 50 spécimens sont soignés dans la clinique des tortues.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La dernière survivante connue d'une espèce de tortue géante menacée par l'éruption d'un volcan

John Kerry appelle Pékin à une nouvelle "coopération" face au changement climatique

Les tortues nous aident à mieux comprendre les cyclones à la Réunion