PUBLICITÉ

La forêt toujours en feu à une cinquantaine de kilomètres d'Athènes

Incendie à Inoi à une cinquantaine de kilomètres au nord d'Athènes
Incendie à Inoi à une cinquantaine de kilomètres au nord d'Athènes Tous droits réservés Thanassis Stavrakis/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
Tous droits réservés Thanassis Stavrakis/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
Par euronews avec agences
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Des centaines de soldats du feu tentent de circonscrire plusieurs incendies à une heure de la capitale grecque.

PUBLICITÉ

Deuxième journée de lutte contre les flammes ce mardi pour les pompiers grecs. Ces derniers poursuivent leur bataille contre les incendies de forêt près d'Athènes tandis que de nombreux habitants ont été contraints de quitter leurs habitations dans les zones balnéaires impactées par la canicule.

"Toutes les forces de la protection civile ont lutté contre les incendies pendant toute la nuit (...) la première priorité étant la protection de la vie humaine" mais aussi "la protection des infrastructures publiques d'importance vitale et de l'immobilier des citoyens", a déclaré mardi matin le porte-parole des sapeurs pompiers, Yannis Artopios lors d'un point de presse.

Le plus violent incendie se situe dans la forêt de Dervenohoria à 50 km au nord d'Athènes où opèrent 140 pompiers épaulés de six bombardiers d'eau et d'un hélicoptère, a ajouté le porte-parole.

"Les localités habitées ne sont pas menacées à Dervernohoria mais l'atmosphère est suffocante à cause du nuage de fumée qui a envahi la région", a déclaré de son côté Vassilis Pergalias, le maire de Tanagra, une localité proche.

"La situation s'est améliorée par rapport à la nuit mais il faut encore oeuvrer pour circonscrire le feu", a-t-il ajouté, cité par l'Agence de presse grecque, Ana (semi-officielle).

Dans la zone balnéaire de Kouvaras, située à 40 km d'Athènes, où un incendie s'est déclaré lundi avant de s'étendre vers les localités voisines d'Anavyssos, Lagonissi et Saronida, de nombreux habitants ont dû quitter leurs maisons lundi soir après des appels des autorités leur demandant de s'éloigner de cette zone.

Plusieurs maisons ont brûlé, selon des images diffusées lundi par la chaîne de télévision publique ERT tandis qu'un centre équestre, menacé par les flammes et un monastère ont été évacués.

Mardi, 230 pompiers et 5 hélicoptères continuaient d'opérer dans cette zone balnéaire et la circulation reste interrompue sur les routes avoisinantes dans les localités touchées.

Un troisième incendie est toujours actif dans la station balnéaire de Loutraki, à environ 80 km à l'ouest de la capitale grecque, près de l'isthme de Corinthe, où la veille 1 200 enfants ont été évacués de colonies de vacances menacées par le feu.

Sur ce front, 120 pompiers, cinq avions et un hélicoptère poursuivent mardi la lutte contre les flammes.

"Des dommages ont été rapportés sur des maisons à Saronida et Loutraki et un inventaire sera effectué après que le feu soit circonscrit", a précisé Yannis Artopios.

Crise climatique

Comme une partie de l'Europe, la Grèce est frappée depuis vendredi dernier par sa première canicule de l'année avec une pointe de 44,2°C dans la région de Thèbes (centre), selon l'Observatoire national d'Athènes.

Dimanche soir, le thermomètre a commencé à baisser légèrement et le ministère de la Crise climatique a mis en garde contre le "risque accru" d'incendies en raison de vents importants, soufflant entre 50 et 60 km/h.

Mardi des températures allant jusqu'à 40°C sont prévues dans certaines régions de l'ouest du pays mais à Athènes le mercure ne devrait pas dépasser 37°C, selon le service de météo national (Emy).

Les incendies de forêt sont courants en Grèce pendant l'été.

En 2021, d'immenses incendies ont dévasté une partie du pays, faisant trois morts et détruisant plus de 100 000 hectares de forêt. En 2018, plus de 100 personnes sont mortes à Mati, près d'Athènes, dans le pire incendie meurtrier que le pays a connu.

Des renforts venus de France

La Grèce va recevoir le soutien de la France : deux Canadair, un avion de reconnaissance et 18 personnels de la Sécurité civile en Grèce sont attendus sur place ce mardi soir pour aider le pays à lutter contre les feux de forêts.

Des renforts sont également attendus d'Italie suite de l'activation du mécanisme de protection civile de l'Union européenne.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Grèce : les habitants de Mati veulent obtenir justice, six ans après l'incendie meurtrier

En Grèce, la saison des incendies a déjà repris, 72 feux déclarés

Inondations en Grèce : les évacuations encore en cours, le bilan passe à 10 morts