PUBLICITÉ

La Chine démet de ses fonctions son ministre des Affaires étrangères Qin Gang

Le désormais ex-ministre chinois des Affaires étrangères, Qin Gang, à Pékin, le vendredi 14 avril 2023.
Le désormais ex-ministre chinois des Affaires étrangères, Qin Gang, à Pékin, le vendredi 14 avril 2023. Tous droits réservés Suo Takekuma/Pool Photo via AP
Tous droits réservés Suo Takekuma/Pool Photo via AP
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Considéré comme un proche du président Xi Jinping, Qin Gang était en poste depuis fin décembre. Sa dernière apparition publique remonte au 25 juin.

PUBLICITÉ

Son absence depuis un mois reste inexpliquée : le ministre chinois des Affaires étrangères, Qin Gang, a été relevé de ses fonctions mardi, une décision surprise pour laquelle les autorités n'ont donné aucune justification.

Qin Gang, 57 ans et considéré comme un proche du président Xi Jinping, était en poste depuis seulement fin décembre.

Sa dernière apparition publique remonte au 25 juin, date à laquelle il avait rencontré des officiels russes, vietnamiens et srilankais à Pékin.

Qin Gang a ainsi manqué plusieurs rendez-vous diplomatiques, dont une importante réunion de l'Association des Nations du Sud-Est asiatique (Asean) en Indonésie, début juillet.

Le ministère de tutelle de Qin Gang avait d'abord évoqué des "raisons de santé" pour justifier cette absence, avant de se murer dans un quasi-silence à son sujet.

Le pouvoir a levé mardi certaines interrogations.

"Qin Gang est relevé de ses fonctions de ministre des Affaires étrangères", a sobrement rapporté l'agence de presse officielle Chine nouvelle.

L'agence, qui ne donne aucune raison, cite une décision du comité permanent de l'Assemblée nationale populaire.

Rumeurs et embarras

Qin Gang est remplacé à ce poste par son prédécesseur Wang Yi, qui est actuellement le véritable patron de la diplomatie chinoise, en tant que plus haut responsable des relations diplomatiques au sein du Parti communiste chinois (PCC).

Actuellement en Afrique du Sud pour participer à une réunion du groupe des Brics, M. Wang avait déjà occupé ces responsabilités de ministre de 2013 à 2022.

Il remplissait par ailleurs déjà une partie des obligations de Qin Gang ces dernières semaines.

L'absence de M. Qin a généré de nombreuses rumeurs sur les réseaux sociaux, dont celle d'une liaison adultère avec une présentatrice d'une chaîne de télévision de Hong Kong, rencontrée lorsqu'il était ambassadeur aux Etats-Unis (2021-2022).

Les autorités avaient jusqu'à présent éludé les nombreuses questions sur le sort de Qin Gang.

Encore interrogée mardi après-midi pour savoir qui était le ministre chinois des Affaires étrangères, une porte-parole, Mao Ning, avait affirmé en conférence de presse avoir "déjà répondu" à cette question, sans toutefois prononcer un nom.

Certains analystes appellent toutefois à ne pas tirer de conclusions hâtives.

Qin Gang "conserve son poste plus élevé de conseiller d'Etat", souligne le politologue Neil Thomas, spécialiste de la Chine auprès du cercle de réflexion Asia Society.

"Il n'est donc pas certain qu'il s'agisse d'une purge", écrit-il sur Twitter, rebaptisé "X".

"Problème de santé" ?

Le maintien du titre de conseiller d'Etat suggère qu'il ne "s'agit pas" d'une sanction mais d'un "problème de santé", subodore le chercheur Manoj Kewalramani, du cercle de réflexion Takshashila Institution, basé en Inde.

PUBLICITÉ

Un motif qui aurait l'avantage d'épargner "l'image de Xi Jinping qui avait un peu forcé le protocole pour promouvoir Qin Gang", écrivait, avant l'annonce, l'analyste Bill Bishop dans sa lettre d'information spécialisée sur la Chine, Sinocism.

"L'ascension rapide de Qin Gang a pu susciter un certain ressentiment chez d'autres hauts responsables du ministère chinois des Affaires étrangères", indique à l'AFP le juriste Moritz Rudolf, spécialiste de la Chine à la faculté de droit de Yale (Etats-Unis).

Le départ soudain du ministre des Affaires étrangères démontre que "le fonctionnement du PCC n'est peut-être pas aussi carré et stable qu'on pourrait le supposer", estime M. Rudolf.

L'absence de Qin Gang avait provoqué un certain vide au niveau diplomatique.

Une visite à Pékin du responsable de la politique étrangère de l'Union européenne, Josep Borrell, avait ainsi été subitement annulée courant juillet.

PUBLICITÉ

Et l'agence de presse Bloomberg a affirmé vendredi qu'une visite du ministre britannique des Affaires étrangères, James Cleverly, avait été reportée en raison de l'absence de Qin Gang.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Collision évitée entre un avion de chasse chinois et un bombardier américain B-52

Quelle est la stratégie de l'UE pour réduire sa dépendance économique à la Chine ?

Les Européens souhaitent rester neutres en cas de conflit entre les États-Unis et la Chine