EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

États-Unis : la FED relève encore ses taux pour freiner davantage l'inflation

Jérôme Powell, le président de la FED
Jérôme Powell, le président de la FED Tous droits réservés SAUL LOEB/AFP or licensors
Tous droits réservés SAUL LOEB/AFP or licensors
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Jérôme Powell, le président de la FED, a martelé que la hausse des prix reste "bien supérieure" à l'objectif de 2% de la Réserve fédérale, et qu'il reste "un long chemin à faire" avant d'y parvenir.

PUBLICITÉ

La Banque centrale américaine a renoué mercredi avec les hausses de taux, après une pause en juin, mais a laissé toutes les options ouvertes pour la suite, martelant que l'inflation a certes ralenti mais reste bien supérieure à son objectif.

Taux au plus haut depuis 2001

Le principal taux directeur de la Fed, relevé d'un quart de point de pourcentage, se situe désormais dans la fourchette de 5,25 à 5,50%, le niveau le plus élevé depuis janvier 2001. La décision a été prise à l'unanimité des 11 membres votants du comité de politique monétaire (FOMC).

Cette nouvelle hausse va faire encore grimper les taux d'intérêt des crédits contractés par les ménages et les entreprises.

Il s'agit de la 11e depuis mars 2022, et les responsables de la Fed n'ont cependant pas précisé, dans leur communiqué, s'ils pensent continuer ou non à relever les taux dans les mois à venir.

D'autres hausses pas à exclure

"Le comité continuera à évaluer les informations supplémentaires et leur implication pour la politique monétaire", y a simplement indiqué l'institution.

Et lors de sa conférence de presse le président de la Fed, Jerome Powell, s'est bien gardé de s'avancer sur une hypothèse ou une autre: "Je dirais qu'il est possible que nous relevions à nouveau les taux lors de la réunion de septembre si les données le justifient. Et je dirais aussi qu'il est possible que nous choisissions de rester au même niveau lors de cette réunion".

"Nous allons procéder à des évaluations minutieuses, comme je l'ai dit, réunion par réunion", a-t-il ajouté, soulignant que la politique monétaire de la Fed est désormais considérée comme "restrictive et exerce une pression à la baisse sur l'activité économique et l'inflation".

Hausse des prix toujours toujours à l'objectif de 2%

Néanmoins, la politique monétaire de la banque centrale porte ses fruits : l'inflation est tombée en juin à son plus bas niveau depuis mars 2021, à 3,00% sur un an, selon l'indice CPI.

Mais Jerome Powell a martelé que cette hausse des prix reste "bien supérieure" à l'objectif de 2% de la Réserve fédérale, et qu'il reste "un long chemin à faire" avant d'y parvenir.

D'autant plus que l'inflation sous-jacente, c'est-à-dire hors prix de l'alimentation et de l'énergie, est toujours de 4,8% sur un an. Les prix des logements, notamment, continuent de grimper.

"Nous pensons, et la plupart des économistes pensent, que l'inflation sous-jacente est un meilleur signal de la direction que prend l'inflation. (...) Nous voudrions donc que l'inflation sous-jacente diminue", a détaillé Jerome Powell.

La Banque centrale européenne (BCE), qui se réunira jeudi, un jour après la Fed, semble elle aussi déterminée à continuer à relever ses taux.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le président américain a qualifié le Japon et l'Inde de nations "xénophobes"

La police déloge des étudiants propalestiniens de l'université de Columbia

Antisémitisme : la police américaine intervient sur des campus