EventsÉvènementsPodcast
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Haut-Karabagh : reportage exclusif au cœur d'une région sous très haute tension

Le corridor de Latchine entre le Haut Karabargh et l'Azerbaïdjan
Le corridor de Latchine entre le Haut Karabargh et l'Azerbaïdjan Tous droits réservés Euronews
Tous droits réservés Euronews
Par Anelise BorgesAnelise Borges (adapté de l'anglais)
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Reportage au cœur d'une région contestée, celle du Haut-Karabagh. Euronews s'est rendu au point de passage du corridor de Latchine, contrôlé par Bakou.

PUBLICITÉ

Se déplacer dans la région montagneuse du Haut-Karabakh n'est pas une tâche aisée -  et cela n'a pas grand-chose à voir avec la géographie - mais plutôt avec des décennies de conflit entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan. Une tension qui subsiste toujours aujourd'hui. 

Ce sont les soldats russes qui surveillent la zone depuis que Moscou a négocié un cessez le feu entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan. Il a permis de mettre fin à la dernière guerre sans toutefois assurer la paix dans la région. 

"Point de tensions de ce qu'il reste du conflit entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan : le corridor de Latchine. Il relie le territoire arménien aux poches du Haut-Karabagh toujours sous contrôle de l'ethnie arménienne." Baku a dressé son poste frontière affirmant que c'était son droit de contrôler qui entre sur son territoire" explique Anelise Borges, grand reporter d'Euronews, aux abords du corridor de Latchine. 

Le jour du tournage, un groupe de civils pris en charge par la Croix-Rouge est escorté vers le Haut-Karabagh après avoir reçu un traitement médical en Arménie. Une fois les contrôles de sécurité effectués, ils sont autorisés à passer. 

Des supermarchés "vides"

Mais plus tard, un communiqué du CICR réfute ces pratiques affirmant que ce n'est pas la norme. Les arméniens du Haut-Karabagh l'assure : nourriture, médicaments et gazoil n'y sont pas acheminés dans la zone. Un constat partagé par Marut Vanyan, journaliste à Stepanakert : "Nous avons ici cinq ou six supermarchés and tous sont complètement vides. Même le pain est difficile à trouver." 

Mais pour Bakou, les Arméniens du Haut Karabagh devraient utiliser un itinéraire différent de ce corridor et donc - acheter ce dont ils ont besoin directement en Azerbaïdjan. Une solution rejetée par Bruxelles qui négocie la normalisation des relations entre les deux pays l'Arménie et l'Azerbaidjan. Le chef de la diplomatie de l'Union européenne a mis en garde Bakou : cet accès humanitaire ne devrait pas être politisé.

Un reportage de Anelise Borges, au corridor de Latchine, ville dans laquelle la communauté azerbaidjanaise s'installe, trois ans après la guerre avec l'Arménie.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Haut-Karabagh : le retour des Azerbaïdjanais dans la ville stratégique de Latchine

Haut-Karabagh : Erevan et Moscou accusent Bakou d'avoir violé le cessez-le-feu

Haut-Karabagh: la poudrière du Caucase