PUBLICITÉ

Josep Borrell critiqué après avoir déclaré que les femmes "apprennent à jouer au football aussi bien que les hommes"

Josep Borrell, responsable de la politique étrangère de l'Union européenne, s'adresse aux médias.
Josep Borrell, responsable de la politique étrangère de l'Union européenne, s'adresse aux médias. Tous droits réservés Francois Walschaerts/Copyright 2023 The AP. All rights reserved.
Tous droits réservés Francois Walschaerts/Copyright 2023 The AP. All rights reserved.
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Josep Borrell alimente le débat sur le machisme après la controverse suscitée par le baiser "inacceptable" du président de la Fédération espagnole de football à la star de la Coupe du monde Jenni Hermoso.

PUBLICITÉ

Le plus haut diplomate de l'UE, Josep Borrell, est au centre de la dernière controverse sur la Coupe du monde de football féminin après les commentaires qu'il a fait à la télévision publique espagnole, mercredi.

Célébrant la victoire de l'Espagne, le Haut représentant de l'Union européenne pour les affaires étrangères a déclaré qu'il était heureux de voir que "nos femmes apprennent à jouer au football aussi bien que les hommes".

Ces propos ont enflammé les Espagnols, à un moment où le "machisme" du football est au centre du débat public.

Il a également rappelé que le but d'Iniesta en finale de la Coupe du monde 2010 en Afrique du Sud "a fait de nous des champions d'Espagne aussi", en le comparant au but victorieux d'Olga Carmona dimanche.

La victoire des femmes a été entachée d'une controverse après que le président de la Fédération espagnole de football, Luis Rubiales, a embrassé la star de la Coupe du monde Jenni Hermoso de manière "inacceptable".

Plus tard dans la semaine, la Fédération espagnole de football a publié un communiqué semblant citer Jenni Hermoso, ce qui, selon le média sportif Relevo.com, pourrait être faux.

La publication affirme que Jenni Hermoso n'a pas accepté comment est formulée cette déclaration.

Les propos de Josep Borrell ont exaspéré encore davantage les personnes souhaitant que les joueuses célèbrent leur titre mondial, en paix. 

Ce n'est toutefois pas la première fois que le Haut représentant de l'UE des Affaires étrangères se prend les pieds dans le tapis. 

Lorsqu'il était ministre espagnol des affaires étrangères, il a résumé l'histoire des États-Unis à "tuer quatre Indiens".

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Une enquête préliminaire ouverte pour agression sexuelle contre Luis Rubiales

"Cette Coupe du Monde Féminine de la FIFA a vraiment eu un impact, transformant la société"

Espagne : saisie record d'une drogue de synthèse appartenant à un cartel mexicain