Ces Ukrainiens qui préfèrent déserter ou fuir, pour ne pas affronter la guerre

Un soldat ukrainien à Bakhmout
Un soldat ukrainien à Bakhmout Tous droits réservés AP Photo
Par euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Ils ont fui le pays et payé des milliers de dollars de pots-de-vin pour échapper à la conscription.

PUBLICITÉ

Certains Ukrainiens refusent de combattre dans la guerre malgré les pressions de la société et les avertissements des autorités qui répriment les réfractaires à la conscription lors d'une contre-offensive difficile. Ils ont fui le pays et payé des milliers de dollars de pots-de-vin pour échapper à la conscription.

 Ivan Ishchenko, 30 ans, a déserté l'armée et a fui l'Ukraine un mois après s'être porté volontaire pour combattre les troupes d'invasion russes.

 "Ma motivation pour aller à la guerre était principalement due au fait que je suis un patriote ukrainien. C'est-à-dire que je voulais me battre pour une Ukraine libre. Mais quand j'ai vu toutes les situations qui se déroulaient, les bains de sang, et ainsi de suite, j'ai réalisé que j'avais peur. Je ne pouvais pas le supporter psychologiquement."

Unique soutien de famille

 Le père de Bogdan Marynenko se bat déjà sur le front. A 19 ans, le jeune homme affirme qu'il a échappé à la conscription en se réfugiant en Pologne car il est le seul membre de sa famille capable de s'occuper d'eux.

"J'ai pris la décision de partir avant d'avoir 18 ans pour qu'ils me laissent traverser la frontière  Parce que si quelque chose arrive à mon père, je suis le seul qui puisse soutenir ma mère et mes sœurs. Un soutien financier ainsi que moral."

 Kyiv affirme que 6 100 hommes ont été arrêtés en tentant de quitter le pays avec de faux documents pour échapper à la participation à la guerre. Depuis le début de la guerre, les autorités ont détenu 13 600 personnes essayant de traverser la frontière.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Tribune : "l'UE devrait cesser de délivrer des visas touristiques aux Russes"

Jens Stoltenberg : "Kyiv est plus proche de l'Otan que jamais"

Guerre en Ukraine : la situation au 27 septembre 2023, cartes à l'appui