Les États-Unis vont fournir à Kyiv des munitions controversées à uranium appauvri

Kostiantynivka, dans l'est de l'Ukraine, après la frappe russe qui a fait au moins 17 morts, mercredi 16 septembre 2023.
Kostiantynivka, dans l'est de l'Ukraine, après la frappe russe qui a fait au moins 17 morts, mercredi 16 septembre 2023. Tous droits réservés Evgeniy Maloletka/Copyright 2020 The AP. All rights reserved
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le chef de la diplomatie américaine, Anthony Blinken, a réaffirmé le soutien des États-Unis à l’Ukraine en annonçant une nouvelle aide militaire d’un milliard de dollars.

PUBLICITÉ

La fourniture à Kyiv de munitions à l'uranium appauvri, prévue dans une aide d'un milliard de dollars supplémentaires annoncée par le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken, montre "l'inhumanité" de Washington, a fustigé Moscou dans la nuit de mercredi à jeudi.

En visite à Kyiv, M. Blinken a en effet dévoilé une nouvelle aide d'un milliard de dollars à l'Ukraine, le Pentagone révélant depuis Washington un volet prévoyant la fourniture de munitions à uranium appauvri de 120 mm destinées aux chars américains Abrams promis à l'Ukraine.

Celles-ci, capables de perforer les blindages, sont controversées en raison des risques toxiques pour les militaires et la population.

Dans la nuit de mercredi à jeudi, l'ambassade de la Russie à Washington a condamné cette décision qui, selon elle, est "un signe clair de l'inhumanité" des Etats-Unis.

"Les progrès de la contre-offensive (de l'armée ukrainienne) en cours se sont accélérés ces dernières semaines et cette nouvelle aide contribuera à lui donner un nouvel élan", a estimé M. Blinken dont c'était la quatrième visite en Ukraine depuis le début, en février 2022, de l'invasion russe.

"L'aide américaine n'est pas de la charité. Aujourd'hui, grâce à nos partenaires, l'Ukraine freine l'agression russe. Nous n'appellerons jamais au déploiement de troupes américaines en Ukraine", a quant à lui tenu à dire à M. Blinken son homologue ukrainien Dmytro Kouleba.

"Crimes de guerre"

Egalement mercredi, au moins 17 civils ont été tués dans une frappe russe sur un marché dans l'est de l'Ukraine. Ce bombardement meurtrier à Kostiantynivka, une ville de la région de Donetsk, a eu lieu quelques heures après l'arrivée de M. Blinken à Kyiv.

Des images de vidéo-surveillance montrent une ruelle commerçante calme lorsque soudain le sifflement d'un projectile se fait entendre, suivi d'une très forte explosion.

Un rescapé a témoigné auprès de l'AFP de la violence de l'impact, survenu à un moment où les rues étaient très fréquentées. "Tout a été détruit" et "les filles qui vendaient sont toutes mortes", a-t-il dit.

Les secouristes ont fouillé les débris et transporté certains blessés pour les soigner devant des véhicules et des échoppes carbonisés.

Le gouvernement ukrainien a fait état de 17 personnes tuées, dont un enfant, et 32 blessées.

Kostiantynivka, qui comptait presque 70 000 habitants avant l'offensive russe déclenchée début 2022, se trouve à une trentaine de kilomètres de Bakhmout, le théâtre d'une sanglante bataille avec les troupes russes depuis plus d'un an.

"Les terroristes russes ont délibérément visé le marché" alors qu'aucune cible militaire ne se trouvait à proximité, a accusé le président ukrainien Volodymyr Zelensky.

C'est une "attaque ignoble", a dénoncé une responsable des Nations unies, cela "souligne la nécessité de continuer à soutenir le peuple ukrainien dans la défense de son territoire", a réagi la Maison Blanche.

Malgré les multiples bombardements de sites civils en Ukraine faisant de nombreuses victimes, Moscou affirme systématiquement viser et détruire des objectifs militaires.

Drones abattus en Russie

Jeudi, le ministère de la Défense russe a annoncé que trois drones avaient été abattus par les défenses aériennes, deux au-dessus de la région de Rostov (sud-ouest) et un autre dans le district de Ramensky, juste au sud-est de Moscou.

Seule une personne, qui a refusé d'être hospitalisée, a été blessée dans le centre de Rostov selon le gouverneur Vassili Goloubev, qui a fait état de dégâts matériels.

Le gouverneur de Briansk (ouest), Alexandre Bogomaz, a lui aussi indiqué qu'un drone ukrainien avait été détruit, là encore sans faire de victimes.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La Russie fait "en sorte que l'Ukraine ne puisse pas extraire ses propres ressources"

Ukraine : au moins 17 morts dans une frappe russe sur un marché dans l'est

Ukraine : au moins 20 morts dans des frappes russes sur Odessa