EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Volodymyr Zelensky appelle à stopper l'agresseur russe et ses menaces contre le monde entier

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky assiste à la 78e Assemblée générale des Nations unies au siège de l'ONU à New York, le 19 septembre 2023.
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky assiste à la 78e Assemblée générale des Nations unies au siège de l'ONU à New York, le 19 septembre 2023. Tous droits réservés AFP
Tous droits réservés AFP
Par euronews
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Volodymyr Zelensky lance un appel à se dresser contre "l'agresseur russe qui menace le monde entier en instrumentalisant l'approvisionnement en énergie, en blé, ou en déportant les enfants ukrainiens".

PUBLICITÉ

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky était attendu à la tribune de l'ONU pour la première fois depuis l'invasion russe. Il y a un an, il avait exceptionnellement été autorisé à intervenir via un message vidéo. Cette fois, il était là en personne, pour la session de l'Assemblée générale annuelle des Nations unies, à New York, alors que demain aura lieu une réunion spéciale du Conseil de sécurité. 

A la tribune, Volodymyr Zelensky a lancé un appel à tous les dirigeants à se dresser contre "l'agresseur russe qui menace le monde entier en instrumentalisant l'approvisionnement en énergie, en blé, ou en déportant les enfants ukrainiens".

Il a accusé Moscou de se servir de l'alimentation, des exportations de blé,..., et de l'énergie nucléaire ou du gaz "comme des armes" et estime que la Russie n'a "aucun droit de détenir des armes nucléaires".

Il a aussi expliqué que la déportation par la Russie de "dizaines de milliers" d'enfants ukrainiens dans les territoires qu'elle occupe en Ukraine est "clairement un génocide".

"Nous essayons de faire rentrer ces enfants à la maison, mais le temps passe. Qu'est-ce qui va leur arriver ? En Russie on leur apprend la haine de l'Ukraine, et tous les liens avec leurs familles sont coupés. C'est clairement un génocide", a dénoncé le président, sous les yeux de l'ambassadeur russe adjoint à l'ONU Dmitry Polyanskiy, présent à la table russe.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a aussi déclaré que son pays préparait un "sommet mondial de la paix" auquel il veut inviter tous les dirigeants de la planète opposés à "l'agression" de l'Ukraine par la Russie.

"Des discussions et des échanges importants ont eu lieu à Hiroshima, Copenhague et Jeddah sur la mise en oeuvre d'un plan de paix. Et nous préparons un sommet mondial de la paix. Je vous invite tous, tous ceux qui ne tolèrent aucune agression, à préparer conjointement ce sommet", a martelé Zelensky dans son discours.

Il a été longuement applaudi par l'Assemblée. 

Mercredi avant de partir pour Washington , le président ukrainien rencontrera son homologue brésilien Lula da Silva, alors que le Brésil, qui n'a n'a jamais imposé de sanctions financières à la Russie ni accepté de fournir des munitions à Kiev, tente de se positionner, tout comme la Chine et l'Indonésie, en tant que médiateur.

A la tribune de l'ONU, Zelensky entend présenter "une proposition concrète aux Etats membres de l'ONU sur la façon de fortifier le principe d'intégrité territoriale et d'améliorer la capacité de l'ONU à déjouer et arrêter une agression". C'est ce qu'il avait précisé sur le réseau social X, anciennement Twitter.

Depuis l'invasion russe, une écrasante majorité de pays a adopté à l'Assemblée générale de l'ONU plusieurs résolutions soutenant l'Ukraine et son intégrité territoriale ou réclamant le retrait russe. Mais, aujourd'hui, après un an et demi de guerre et d'impacts en cascade sur le monde, notamment sur la sécurité alimentaire, certains pays du Sud plaident pour une solution diplomatique.

Volodymyr Zelensky sera reçu par le président Joe Biden à la Maison blanche jeudi, pour la deuxième fois en moins d'un an.

Joe Biden qui a déclaré il y a quelques heures à cette même tribune : "le monde doit se dresser aujourd'hui contre l'agression délibérée" de l'Ukraine par la Russie "afin de décourager toute agression future" du même type.

"La Russie croit que le monde va se lasser et la laisser brutaliser l'Ukraine sans conséquence. Mais je vous pose la question: si nous abandonnons les principes fondateurs des (Nations unies) pour apaiser un agresseur, quel Etat membre de cette organisation pourra encore se sentir protégé? Si nous laissons l'Ukraine être démembrée, l'indépendance des nations est-elle encore garantie? A mon humble avis, la réponse est non", a dit le président américain. Un discours auquel assistait, bien sûr, son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky.

"Les Etats-Unis, avec leurs alliés et partenaires, continueront à soutenir le courageux peuple ukrainien pendant qu'il défend sa souveraineté, son intégrité territoriale et sa liberté", a ajouté le président américain, ce qui lui a valu des applaudissements.

Même si nombre de pays émergents et en voie de développement, s'ils appellent à mettre fin au conflit, refusent de s'aligner sur les Etats-Unis pour condamner la Russie de manière explicite.

Moscou pour sa part affiche sa confiance dans le soutien de Pékin, soulignant les positions "similaires" des deux capitales vis-à-vis des Etats-Unis et du conflit ukrainien, à la suite d'un échange entre le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov et son homologue chinois Wang Yi.

Sources additionnelles • AFP, AP

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Au moins 6 morts dans des attaques de drones russes sur plusieurs villes ukrainiennes

Les chars américains Abrams bientôt en Ukraine pour soutenir la contre-offensive

Le président américain a qualifié le Japon et l'Inde de nations "xénophobes"