Football : des joueuses espagnoles en grève rejoignent finalement la sélection

Montse Tomé nouvelle sélectionneuse
Montse Tomé nouvelle sélectionneuse Tous droits réservés Euronews
Par euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Menacées de sanctions, financières notamment, les joueuses de l'équipe nationale espagnole se sont résolues à répondre à leur convocation en vue de leur prochain match. Mais les tensions restent vives après l'affaire du baiser forcé.

PUBLICITÉ

Six footballeuses internationales espagnoles, dont cinq étaient en grève depuis l'affaire Rubiales, se sont finalement présentées ce mardi à un premier rassemblement de leur sélection à Madrid même si elles avaient affirmé la veille qu'elles ne souhaitaient pas rejouer avec la Roja.

La joueuse du Real Madrid Olga Carmona, qui a marqué le but vainqueur en finale de la Coupe du monde le 20 août face à l'Angleterre, et quatre autres internationales en grève, ont rejoint leur sélectionneuse et son staff dans un hôtel près de l'aéroport de Madrid.

Toutes étaient signataires du communiqué publié vendredi, dans lequel 39 joueuses, dont 21 des 23 championnes du monde, annonçaient que les conditions n'étaient pas réunies pour qu'elles rejouent avec l'Espagne.

Elles demandent des changements structurels profonds au sein de la Fédération espagnole de football (RFEF), estimant insuffisants la démission de son président Luis Rubiales suite à son baiser forcé imposé à Jenni Hermoso, et le licenciement du sélectionneur Jorge Vilda, dont elles critiquaient les méthodes.

Une sixième joueuse, Athenea del Castillo, s'est également présentée, alors que d'autres internationales sont attendues dans l'après-midi au camp d'Oliva, près de Valence, pour préparer le match de Ligue des nations en Suède, vendredi.

"Appliquer la loi" -Interrogée par un journaliste qui lui demandait si elle était "heureuse" d'être dans l'équipe, la gardienne Misa Rodriguez a répondu "non", confirmant le fait que les grévistes revenaient contre leur gré, en raison des potentielles sanctions qu'elles risquent.

"Si les joueuses ne se présentent pas, le gouvernement doit appliquer la loi. Je suis désolé de le dire ainsi, mais nous devons faire ce que nous avons à faire", a prévenu le président du Conseil supérieur des Sports (CSD) Victor Francos à la radio Cadena Ser.

La loi espagnole sur le sport de 2022 stipule que ne pas se rendre aux convocations des équipes nationales constitue une infraction "très grave". Les amendes potentielles vont de 3 000 à 30 000 euros, et les joueuses peuvent même perdre leur licence pour une période pouvant aller jusqu'à cinq ans.

Victor Francos, également secrétaire d'Etat aux sports, doit désormais se réunir avec les joueuses pour tenter de sortir de la crise, ont confirmé des sources proches du CSD à l'AFP.

A son arrivée à l'hôtel, la sélectionneuse Montse Tomé a assuré que les 20 joueuses en grève allaient accepter leur convocation. Elle avait créé la surprise lundi en annonçant une liste de quinze championnes du monde et d'autres joueuses, qui avaient demandé à ne pas être sélectionnées dans l'attente d'une refonte totale de la Fédération, mais pas Jenni Hermoso.

"Nous les soutenons"

Sur le compte X (anciennement Twitter) de la double Ballon d'Or Alexia Putellas, les internationales avaient ensuite réaffirmé leur volonté de ne pas être convoquées, tout en disant évaluer les "éventuelles conséquences légales" d'un refus de répondre à cet appel.

Ecartée" par Tomé "pour la protéger", Hermoso a accusé la fédération espagnole d'"intimider et menacer" les championnes du monde. Réagissant aux propos de la sélectionneuse, la N.10 a demandé: "Me protéger de quoi, ou de qui ?".

"La RFEF n'a pas le droit de priver l'Espagne de son équipe nationale féminine, qui plus est après avoir remporté une Coupe du monde", a déclaré mardi le ministre espagnol de la Culture et des Sports, Miquel Iceta, demandant que la Fédération espagnole soit "un lieu de sécurité, de compétitivité et de professionnalisme."

En plus du soutien du gouvernement, les championnes du monde ont reçu celui de leurs futures adversaires. "Si elles estiment qu'elles doivent boycotter pour que quelque chose se passe, il est clair que nous les soutenons", a assuré l'internationale suédoise Filippa Angeldahl.

La gardienne Hedvig Lindahl a écrit sur X qu'elles attendait "de l'UEFA et de la Fifa qu'elles protègent les actrices du jeu qu'elles supervisent plutôt que d'ajouter de la pression."

L'Espagne doit affronter la Suède vendredi et la Suisse le 26 septembre en Ligue des nations, tournoi qualificatif pour les Jeux olympiques de Paris 2024, sans que l'on sache pour l'instant si les championnes du monde seront présentes sur le terrain.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Foot féminin : la majorité des joueuses de l'équipe espagnole réintègre la sélection

Luis Rubiales entendu par un juge dans l'affaire du "baiser forcé"

Une journaliste espagnole victime d'agression sexuelle en plein direct pour la télévision