Blinken à Tel-Aviv: Israël a "le droit" et "l'obligation" de "se défendre"

AFP
AFP Tous droits réservés JONATHAN ERNST/AFP or licensors
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken a redit vendredi, lors d'une nouvelle visite à Tel-Aviv, qu'Israël avait "le droit" et "l'obligation" de se "défendre" pour s'assurer que l'attaque du 7 octobre ne puisse "plus jamais se reproduire".

PUBLICITÉ

"Nous restons convaincus qu'Israël a non seulement le droit mais aussi l'obligation de se défendre et de faire tout ce qui est en son pouvoir pour que le 7 octobre ne se reproduise plus jamais", a-t-il dit en allusion à l'attaque sans précédent du Hamas palestinien sur le sol israélien, après une rencontre avec le président israélien Isaac Herzog.

Antony Blinken, dont c’est le deuxième déplacement au Proche-Orient depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas, a également appelé "à protéger" les civils "pris sous les tirs" et à "apporter de l'aide à ceux qui en ont désespérément besoin".

Avant son déplacement vendredi à Tel-Aviv puis ce week-end en Jordanie, M. Blinken a affiché plusieurs objectifs: faire pression sur l'allié israélien pour protéger les civils palestiniens de Gaza et en Cisjordanie occupée, et assurer un flux continu de l'aide humanitaire qui arrive encore en une trop petite quantité dans la bande de Gaza, bombardée sans relâche par l'armée israélienne depuis quatre semaines.

Le chef de la diplomatie américaine s'est entretenu vendredi matin avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et a assisté au cabinet de sécurité.

"Nous allons parler de mesures concrètes qui peuvent et doivent être prises pour minimiser les dommages causés aux hommes, aux femmes et aux enfants de Gaza", a déclaré jeudi M. Blinken avant de quitter Washington.

Premier soutien d'Israël, politique comme militaire, les Etats-Unis ont affiché un appui sans faille depuis l'attaque sanglante perpétrée par le Hamas le 7 octobre, mais prennent la mesure des pressions internationales croissantes sur le nombre de civils palestiniens tués dans les représailles israéliennes.

L'armée israélienne bombarde sans relâche depuis le 7 octobre la bande de Gaza contrôlée par le Hamas, et y conduit depuis une semaine des opérations terrestres.

La guerre entre Israël et le Hamas, entrée dans son 28e jour vendredi, menace toujours d'embraser la région.

Du côté israélien, selon les autorités, au moins 1.400 personnes ont été tuées depuis le 7 octobre, en majorité des civils tués ce jour-là dans l'attaque du Hamas. D'après l'armée, 241 otages, israéliens ou étrangers, sont encore aux mains du mouvement islamiste palestinien, classé organisation terroriste par les Etats-Unis, l'Union européenne et Israël.

Dans la bande de Gaza, plus de 9.200 personnes, dont 3.826 enfants, ont été tuées dans les bombardements israéliens, selon un bilan du ministère de la Santé du Hamas.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Antony Blinken en Turquie, dans un contexte de tensions entre Ankara et Washington

En Cisjordanie occupée, une attaque meurtrière près d'une colonie

Israël pose un ultimatum au Hamas pour la libération des otages