L'Autriche connaît une très forte augmentation des actes antisémites

Euronews
Euronews Tous droits réservés Euronews
Par Johannes Pleschberger
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Depuis le 7 décembre, les représentants de la communauté juive autrichienne s'inquiètent d'une montée en flèche du nombre d'actes antisémites dans le pays, notamment dans la capitale Vienne.

PUBLICITÉ

Dans plusieurs pays européens, le nombre d'attaques antisémites a été démultiplié depuis l'attaque du Hamas contre Israël le 7 octobre. À Vienne, en plus de diverses agressions, un groupe d'Autrichiens est soupçonnés d'avoir arraché le drapeau israélien de la principale synagogue de la ville

Benjamin Nägele est le Secrétaire général de la communauté juive de Vienne : "Les élèves juifs, par exemple, sont harcelés, sont blâmés pour le conflit au Moyen-Orient. Ils sont intimidés avec un arrière-plan antisémite. Il y a des dégâts matériels, comme le bris de la vitrine d'une boucherie juive, le coupable s'enfuyant en criant de l'arabe. Ou même des dégâts matériels où le drapeau israélien et non autrichien a été délibérément arraché. Bien sûr, cela a un effet symbolique - cela fait mal, cela perturbe toujours la communauté juive dans son ensemble".

À la suite de la flambée de violence en Israël, les incidents antisémites en Autriche ont augmenté de 300 % par rapport à la même période de l'année dernière. Une augmentation similaire a été observée dans d'autres pays européens : 240% d'incidents supplémentaires en Allemagne, 320% au Royaume-Uni.

"Comme d'autres pays de l'UE, l'Autriche stationne davantage de forces de sécurité à l'extérieur des institutions juives", précise Johannes Pleschberger, correspondant d'Euronews à Vienne. "En outre, le ministère de l'Intérieur demande l'autorisation de surveiller les applications de messagerie telles que Whatsapp afin de prévenir d'éventuelles attaques terroristes, affirmant que, dans ce domaine, la police autrichienne a l'accès le plus restreint de l'UE".

L'organisation Palestine Solidarity Austria a déclaré à Euronews qu'elle ne considérait pas les actes contre les symboles de l'Etat d'Israël comme antisémites, tout en ajoutant que la communauté juive devait être protégée.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Polémique : une ville allemande veut débaptiser sa crèche nommée "Anne Franck"

L’Allemagne peut-elle être neutre au sujet de la guerre à Gaza ?

Au Royaume-Uni, les actes antisémites ont bondi en 2023, selon l'organisation CST