Polémique : une ville allemande veut débaptiser sa crèche nommée "Anne Franck"

Inauguration de l'exposition "Anne Frank, une histoire pour aujourd'hui" au Centre du souvenir de Westerbork à Hooghalen, dans le nord-est des Pays-Bas, le vendredi 12 juin 2009\.
Inauguration de l'exposition "Anne Frank, une histoire pour aujourd'hui" au Centre du souvenir de Westerbork à Hooghalen, dans le nord-est des Pays-Bas, le vendredi 12 juin 2009\. Tous droits réservés BAS CZERWINSKI/AP2009
Par Euronews avec EFE, AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Les organisateurs des manifestations organisées à la suite de l'incident affirment que le changement de nom enverrait un "mauvais signal" à une époque où "l'antisémitisme et l'extrémisme de droite sont en hausse".

PUBLICITÉ

Le projet de la ville de Tangerhütte, située dans l'est de l'Allemagne, de retirer le nom "Anne Frank" d'une crèche a suscité des protestations, dans le pays.

Dans un communiqué, publié lundi, les autorités de Tangerhütte affirment que l'idée fait partie d'une série de changements prévus pour la crèche, qu'elles souhaitaient illustrer par un nouveau nom. Elles ont souligné aussi qu'aucune décision définitive n'avait pas été prise.

Le président de la société germano-israélienne de Magdebourg, Tobias Krull, confie qu'un changement de nom serait un mauvais signal à une époque où l'antisémitisme est en pleine expansion.

Le vice-président du comité d'Auschwitz, Christoph Heubner, a écrit une lettre ouverte à la ville dans laquelle il déclare que le retrait du nom d'Anne Frank "ne peut que susciter des craintes pour l'avenir de la culture du souvenir".

Difficile à expliquer aux enfants

Selon un journal local, la directrice de la crèche, Linda Schichor, confie que l'histoire d'Anne Frank, jeune juive victime de l'Holocauste, est difficile à expliquer aux enfants.

Selon les médias locaux, la directrice de la crèche estime que les parents issus de l'immigration ne comprennent pas le nom : "nous voulions quelque chose qui n'ait pas de connotation politique", explique Linda Schichor.

Le maire de la ville, Andreas Brohm, a réagi en déclarant que si les parents et les employés souhaitaient d'autres noms, cela devrait l'emporter sur les considérations politiques.

Un journal régional a rapporté qu'il avait été décidé de changer le nom d'Anne Frank en "Weltendecker" (découvreurs du monde), mais Andreas Bohm a démenti cette information. 

Andreas Brohm affirme également que la discussion n'a rien à voir avec la situation au Moyen-Orient et qu'elle a déjà commencé au début de l'année.

Toutefois, le projet de rebaptiser l'établissement pour enfants est critiqué par le Comité d'Auschwitz, dont le vice-président exécutif, Christoph Heubner, qualifie les arguments d'"idiots" dans une lettre ouverte adressée au maire et à la direction de la crèche.

"Si les gens sont prêts à balayer leur propre histoire aussi facilement, précisément à une époque où l'antisémitisme et l'extrémisme de droite sont en hausse, et si le nom d'Anne Frank est considéré comme inapproprié dans l'arène publique, nous ne pouvons que nous inquiéter de la culture du souvenir dans notre pays", confie Christoph Heubner.

L'histoire d'Anne Frank

Anne Frank est née à Francfort dans une famille juive. En 1933, après l'arrivée au pouvoir des nazis, la famille s'est réfugiée aux Pays-Bas où, après l'invasion allemande, elle s'est cachée entre 1942 et 1944.

Pendant ces années, Anne Frank écrit un journal qui deviendra plus tard l'un des livres les plus lus au monde.

Anne Frank est morte en 1945 dans le camp d'extermination de Bergen-Belsen, tandis que son père a survécu à l'Holocauste et a publié son journal après la guerre. Elle a été considérée comme un symbole de la résistance juive, à l'époque de l'Allemagne nazie.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L'Autriche connaît une très forte augmentation des actes antisémites

Tags d'étoiles de David dans Paris : le parquet ouvre une enquête

L'Allemagne a interdit un groupuscule néonazi, des perquisitions sont menées