Enseigner dans l'enfer de Gaza : 130 professeurs ont été tués depuis le 7 octobre

L'institutrice Umm Osama Tabsh à Gaza
L'institutrice Umm Osama Tabsh à Gaza Tous droits réservés AP Photo
Par Nebal Hajjo
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Une cinquantaine de morts auraient été emmenés à l'hôpital vendredi matin, des personnes tuées dans une école. Les bombardements israéliens ont détruit 219 établissements scolaires et 9 universités.

PUBLICITÉ

 La guerre à Gaza aurait fauché quelques 11 000 vies en un peu plus d'un mois. Des hommes, des femmes et des enfants de tous âges. Parmi eux, des enseignants : 130 professeurs ont été tués depuis le 7 octobre. Les écoles sont devenues des refuges pour les déplacés, mais sont parfois inutiles : une cinquantaine de personnes auraient été tuées vendredi matin dans une école.

"J'ai l'impression d'être dans un mauvais rêve, que ce n'est pas la réalité, dit Umm Osama Tabsh, enseignante. _Comment en suis-je arrivée à vivre dans une école et dans une salle de classe où j'aimais venir tous les matins pour enseigner à mes élèves et y passer du bon temps ?__Aujourd'hui, cela fait 31 jours que je suis à l'école, jour et nuit. Je vis ici non seulement parce que c'est un refuge pour les personnes déplacées de Gaza, mais aussi parce que j'ai perdu beaucoup de mes étudiants.J_e leur donnais des cours, mais ils ont été tués par les attaques israéliennes."

 Les bombardements israéliens ont détruit 219 établissements scolaires et 9 universités. Plus de 625 000 élèves sont privés d'accès à l'éducation dans la région de Gaza.

 "Mes frères et moi nous préparions à aller à l'école lorsque la guerre a commencé, raconte le jeune Amjad Nassar, et que les bombardements et les missiles ont fusé de partout. Au lieu de venir à l'école pour apprendre, nous avons fui ici pour vivre, moi et toute ma famille."

 "Mon trajet quotidien consistait à aller à l'école pour lire et apprendre avec les professeurs, ajoute le jeune Osama Tabsh. Aujourd'hui, je viens à l'école pour trouver un abri. Il n'y a ni électricité ni eau. La vie est très difficile."

 Le Hamas déplore la mort de plus de 4 400 enfants au cours des 35 derniers jours de la guerre.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Guerre Israël-Hamas : six Palestiniens tués en Cisjordanie occupée par un tir israélien

Cisjordanie occupée : incursions israéliennes et morts palestiniens en hausse

Viste surprise de Blinken à Ramallah : la quête d'un rééquilibrage