En Italie, Giorgia Meloni propose de faire élire le premier ministre au suffrage universel direct

Giorgia Meloni, chef du gouvernement Italien, AP
Giorgia Meloni, chef du gouvernement Italien, AP Tous droits réservés Roberto Monaldo/LaPresse
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Girogia Meloni, propose une loi constitutionnelle pour que le Premier ministre soit désormais élu par les citoyens lors des prochaines élections. Si cette réforme est promulguée, elle permettra au gouvernement d'instaurer la troisième République.

PUBLICITÉ

La présidente du conseil Italien, Girorgia Meloni défend une réforme constitutionnelle, qui vise à faire élire le prochain premier ministre au suffrage universel direct. L'objectif de ce projet de loi est de permettre aux Italiens de choisir par qui se faire gouverner, ce qui garantira une meilleure stabilité politique. Les coalitions restent fragiles, en 75 ans d'histoire, les Italiens ont connu soixante-huit gouvernements différents, dont la durée n'atteint pas 18 mois. 

En Italie, le premier ministre est officiellement nommé par le président de la République, mais dans les faits, il dépend de la majorité du Parlement Italien, qui fonctionne dans un un système bicaméral.

La réforme constitutionnelle doit désormais être débattue par les deux chambres du Parlement en 2024. Si le texte n'est pas voté à la majorité des deux tiers par les parlementaires, il sera soumis aux Italiens lors d'un référendum qui pourrait avoir lieu en 2025. 

Un changement de régime politique avait été également proposé par Matteo Renzi, qui avait dû quitter le pouvoir en 2016, après le rejet massif par référendum de sa proposition de changement de constitution.

Si cette réforme constitutionnelle est adoptée, elle ouvrirait la voie à l'instauration d'une troisième République.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L'Italie s'apprête à accueillir un sommet avec l'Afrique

L'immigration clandestine, une priorité pour la Première ministre italienne Giorgia Meloni

En Macédoine du Nord, la reconnaissance de la minorité bulgare dans la Constitution divise