"Gift for Putin", la collecte de fonds lancée par des Tchèques afin d'armer l'Ukraine

FILE Sur cette photo prise le mercredi 2 décembre 2015, des poupées matryoshka traditionnelles russes en bois représentant le président russe, Vladimir Poutine.
FILE Sur cette photo prise le mercredi 2 décembre 2015, des poupées matryoshka traditionnelles russes en bois représentant le président russe, Vladimir Poutine. Tous droits réservés Alexander Zemlianichenko/Copyright 2018 The AP. All rights reserved.
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Des millions d'euros ont déjà été collectés par l'initiative pour soutenir l'effort de guerre de Kiev.

PUBLICITÉ

Un projet tchèque de financement participatif recueille des fonds pour un "cadeau pour Poutine" qui armera Kiev.

À ce jour, l'initiative a recueilli 23 millions d'euros, auprès de plus de 188 000 donateurs, afin d'acheter un char, un lance-roquettes, un système de déminage, des drones et des munitions pour l'armée ukrainienne.

Cette initiative intervient alors que l'on craint que l'Occident ne se lasse de soutenir Kiev dans la guerre contre la Russie.

Des donateurs étrangers ont fourni 8 % de l'argent collecté, et l'initiative est promue en six langues.

Le site tchèque vend également des T-shirts se moquant du président russe et d'autres cadeaux pour galvaniser les donateurs.

Dirigé par Martin Ondracek, ancien rédacteur en chef d'une chaîne de télévision, le projet vise à collecter suffisamment d'argent pour acheter un hélicoptère Black Hawk, d'une valeur estimée à 3,6 millions d'euros.

"Nous voulons dire au monde que l'Ukraine a besoin de ce matériel de combat", confie l'homme de 53 ans, ajoutant qu'il s'agissait également d'une tentative pour "mettre la pression".

un hélicoptère américain Black Hawk en manœuvre lors d'un exercice militaire conjoint aux Philippines, 2023
un hélicoptère américain Black Hawk en manœuvre lors d'un exercice militaire conjoint aux Philippines, 2023Aaron Favila/Copyright 2023 The AP. All rights reserved

Selon lui, les fournitures livrées à Kiev par les responsables de la collecte de fonds ont eu un effet d'entraînement sur les gouvernements occidentaux.

Trois mois après que l'initiative tchèque a financé un char d'assaut pour l'Ukraine, les Pays-Bas et le Danemark ont signé un accord prévoyant l'envoi à Kiev de dix véhicules blindés de la République tchèque, explique-t-il.

"La même chose s'est produite après l'envoi d'un système anti-drone", ajoute Martin Ondracek. "Et nous savons que l'armée américaine possède des milliers de Black Hawks".

L'argent arrive plus lentement

Le gouvernement tchèque a fourni à l'Ukraine une aide humanitaire et militaire importante et a accueilli environ un demi-million de réfugiés ukrainiens.

Mais ce soutien est en train de s'estomper. Martin Ondracek craint que les pays d'Europe occidentale ne se lassent de soutenir Kiev et son effort de guerre.

"L'Ukraine est trop éloignée d'eux et ils n'ont pas d'expérience historique terrible avec la Russie", affirme-t-il. 

Alors qu'elle faisait partie de la Tchécoslovaquie, la République tchèque a connu une répression politique importante, des restrictions des libertés individuelles et des difficultés économiques, lorsqu'elle était dirigée par des communistes sous le contrôle de Moscou, de 1948 à 1989.

Le don minimum pour la récolte de fonds est de 1 968 couronnes (80 euros), en référence à la répression du mouvement libéral du Printemps de Prague par les Soviétiques en 1968.

Des milliers de manifestants se rassemblent sur la place Wasceslas, dans le centre de Prague, en Tchécoslovaquie, en août 1968
Des milliers de manifestants se rassemblent sur la place Wasceslas, dans le centre de Prague, en Tchécoslovaquie, en août 19682008 AP

"Gift for Putin" est née d'une campagne de crowdfunding menée par l'ambassade d'Ukraine à Prague, qui a connu un succès fulgurant, récoltant près de 2,3 millions d'euros au début de l'invasion russe de l'Ukraine, le 24 février 2022.

Depuis, le rythme des dons s'est ralenti. Après les trois premiers jours de collecte pour le Black Hawk, le compteur s'élève à environ 366 000 euros.

"L'atmosphère au sein de la société a changé en un an. L'argent arrive plus lentement", confie Martin Ondracek, qui espère réunir la somme nécessaire pour le Black Hawk en 150 jours.

PUBLICITÉ

Martin Ondracek, qui héberge une famille ukrainienne dans sa résidence secondaire depuis le début de la guerre, s'est rendu plusieurs fois en Ukraine.

"J'ai vraiment hâte d'y retourner à la fin de la guerre, avec ma femme, pour de longues vacances", déclare-t-il.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Fusillade à Prague : les 14 victimes identifiées, le tireur s'est suicidé

Des avancées pour l'armée ukrainienne, mais pas encore de percée majeure

L'Ukraine alerte sur son manque d'armements, kyiv fait appel à son allié américain