L'extrême droite européenne affiche ses ambitions à Lisbonne

Andre Ventura et Marine Le Pen lors d'une conférence de presse au parlement portugais à Lisbonne, vendredi 24 novembre 2023.
Andre Ventura et Marine Le Pen lors d'une conférence de presse au parlement portugais à Lisbonne, vendredi 24 novembre 2023. Tous droits réservés AP Photo/Armando Franca
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L’extrême droite européenne espère bien surfer sur la victoire du PVV de Geert Wilders lors des législatives néerlandaises.

PUBLICITÉ

Marine Le Pen a appelé vendredi à "rendre l'Europe à l'Europe", depuis Lisbonne, où elle s'est exprimée entourée des leaders des partis portugais et allemand alliés au Rassemblement national, Chega et AfD.

"Nous voulons contribuer à rendre l'Europe à l'Europe", en mettant "ceux qui ont été les fossoyeurs de l'Europe en minorité", a ajouté la présidente du groupe RN à l'Assemblée nationale, présente à Lisbonne à l'occasion du congrès du parti européen Identité et démocratie.

Deux jours après la victoire aux législatives néerlandaises du PVV de Gert Wilders (un autre allié du RN) et portée par une vague sondagière flatteuse en vue du renouvellement du Parlement de Strasbourg en juin, l'extrême droite européenne se prend à espérer obtenir, si ce n'est une majorité, une "minorité de blocage" dans la future composition du Parlement européen.

"Il est temps de donner leur chance à des mouvements qui n'ont pas de responsabilité dans la situation actuelle et qui attendent avec impatience de faire leurs preuves", a insisté Marine Le Pen, selon qui le succès électoral du PVV "n'est pas un caprice des Néerlandais", mais "un vote réfléchi du constat de l'échec de ceux qui nous gouvernent dans nos pays respectifs depuis trente ans".

Le parti d'extrême droite Chega ("Assez", en portugais), mené par André Ventura, est lui crédité d'environ 15% d'intentions de vote pour les législatives portugaises anticipées de mars.

Même si aucune étude d'opinion n'a pour l'instant été réalisée au Portugal concernant les élections européennes, "nous attendons avec impatience l'arrivée des députés européens de Chega pour appuyer la force que nous représentons au Parlement européen", a-t-elle fait valoir, en estimant qu'"au Portugal, comme ce fut le cas dans d'autres pays Européens, la gauche est arrivée au bout d'un cycle".

"Cette confiance des populations à l'égard de (nos) mouvements grandit", a-t-elle assuré. "Il n'y a pas de hasard, les peuples européens vivent les mêmes réalités les uns les autres", dont "les inquiétudes sont en grande partie fabriquées par nos dirigeants et par l'Union Européenne". "Il faut que les peuples changent les dirigeants et que nous changions l'Union européenne", a-t-elle exhorté.

André Ventura a lui aussi dit "espérer nous débarrasser du socialisme", lors de cette conférence de presse. "Je suis entouré de leaders de partis politiques qui ont eu une croissance extraordinaire dans leur pays : ce sont des signes que ce changement est peut-être proche d'arriver, comme ce changement est arrivé aux Pays-Bas".

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

En Allemagne, 27 personnes inculpées pour un projet de coup d'État d'extrême droite

IKEA se moque d'un scandale politique portugais avec une nouvelle publicité

Législatives portugaises : le PS réduit son retard dans les intentions de vote (sondage exclusif)